RÉGION DE ZIKISSO

Holacratie – Intelligence collective (IV)

L’holacratie est un système d’organisation de la gouvernance, fondé sur la mise en œuvre formalisée de l’intelligence collective. Opérationnellement, elle permet de disséminer les mécanismes de prise de décision au travers d’une organisation fractale d’équipes auto-organisées.

De la responsabilité des populations de Zikisso

Dans l’équation suivante Sagesse x Argent x Jeunesse = DEVELOPPEMENT (Population) qui a servi de base à nos analyses précédente sur l’intelligence collective, une composante reste déterminante car c’est sur elle qui retombent les effets des actes et actions des autres composantes. Au demeurant toutes les autres composantes de l’équation y sont comprises. Cette composante essentielle est la POPULATION (tous ceux qui de naissance ou d’intérêt quelconque sont liés à la grande circonscription territoriale de Zikisso). Pour autant l’analyse qui suit porte sur la population résidente à Zikisso : nos parents (pères, mères, frères et sœurs paysans).

Jadis nos parents paysans étaient soumis aux décisions de leurs cadres. Pouvaient-ils faire autrement ? Non ! Quand la résolution de tes problèmes dépends de quelqu’un, quelle opposition peux-tu lui faire ? Dès lors nous avions une population passive plus intéressée pour la satisfaction de l’estomac que de ces conditions réelles d’existence et de bien-être. Il fallait tout mettre en oeuvre pour s’attirer les meilleurs grâces du fils ou de la fille cadre avec tout ce que cela entraîne de délation, de jalousie et de ressentiments négatifs de toutes les formes. Peut-on mettre ces comportements sur le fait de la non compréhension de l’évolution, du changement du monde et des communautés ?

D’une part, on peut répondre par l’affirmative vu que la plupart de nos parents n’étaient pas instruits donc facilement manipulables. D’autre part, à l’évidence on peut répondre par la négative vu que cette population croupissait dans un dénuement matériel et existentiel malgré les quelques billets de banques reçus des cadres. Aussi ce n’est pas commettre un impair que de dire que la population est elle-même aussi responsable de la léthargie ou de l’agonie de Zikisso. Chacun ayant autant que faire se peut, privilégié ses intérêts particuliers au détriment de l’intérêt commun, cherchant toujours à exclure les autres membres de la famille ou les autres villageois de la générosité du fils ou de la fille cadre. Tous coupables! Ces attitudes devenaient plus dramatique quand arrivaient les temps des élections municipales. Il faut que se soit mon frère ou le fils du village qui soit maire un point-un trait. Quid de ses potentialités à gérer et à rassembler du moment qu’il file les billets de banque. Pauvre population. Et les cadres s’en donnaient à cœur joie.

De nos jours, malgré le fait que la population soit composée en majorité de personnes ayant eu un cursus primaire, secondaire voir universitaire, les comportements et agissements ne changent pas. C’est à croire qu’internet se limite à Facebook. Il est donc important de rappeler à cette population qu’elle détient un pouvoir dont elle ignore toutes les implications. Pourquoi des exploiteurs (cadres) s’engageraient-ils à ouvrir l’esprit de la population sur son pouvoir ? Ils n’y ont aucun intérêt à première vue cependant un peuple qui prend conscience seule de sa propre force est plus dangereuse qu’un peuple qu’on conduit tout doucement vers la coopération / collaboration. Dans le premier cas, la confrontation est toujours en défaveur de l’exploitant. Dans le second cas, tout le monde en a pour son intérêt.

La population est la composante primordiale de l’intelligence collective en ce sens que c’est elle qui valide tous les résultats de l’équation que nous avions posée au préalable. Pour que les résultats de cette équation soient toujours à valeur positive exponentielle, il est de bon sens d’aider la population à s’auto-organiser en comité de jeunes, en comité de femmes, en coopérative, etc… Tous nous devons réussir à disséminer les mécanismes de prise de décision pour impliquer chaque personne en fonction de ses aptitudes et de ses compétences.

Conclusion

Dans cette série de textes avec pour titre générique “Holacratie – Intelligence collective”, nous avons tenté de poser la responsabilité de quelques composantes de notre peuple, de notre culture et de notre civilisation. Si l’holacratie est une notion qui s’applique aux entreprises du numérique, il n’en demeure que ses principes puissent être implémenter dans toutes les sociétés humaines pour leur meilleure organisation mais surtout pour la participation de chacun aux décisions qui impactent l’intérêt général.
L’exposé est long et de nombreux termes ont été utilisés. Nous avons pour vision de susciter des débats et des échanges pour le développement de notre région. Pour ce faire, à la suite des textes des espaces de commentaires sont à disposition. Vous voudriez bien y rédiger quelque chose aussi anodine puisse-t-elle vous paraître.

Textes précédents :

Holacratie – Intelligence collective I

Holacratie – Intelligence collective II

Holacratie – Intelligence collective II

 

Nayissokoh !

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top