Actualités

Zikitopia #5 – Le rattrapage technologique

Les technologies de la communication comprennent les techniques, outils et méthodes utilisés pour faciliter les communications. Les technologies de l’information comprennent les techniques, outils et méthodes utilisés pour créer, enregistrer, modifier et montrer le contenu communiqué. Ces deux types de technologies ont été développés séparément jusqu’aux années 1970, lorsque les technologies de l’information ont commencé à être appliquées au réseau de télécommunication. L’expression « technologies de l’information et de la communication » (TIC) a été adoptée pour refléter la convergence de ces deux types de technologies et des industries associées. Les TIC développées et appliquées aujourd’hui sont des technologies applicables aux ordinateurs et aux systèmes de communication. Elles sont intégrées ou associées aux réseaux de télécommunication modernes. Dans un sens historique plus large, on admet cependant que les TIC comprennent également les langues, les gestes, les habits, les codes de comportement et les rituels religieux ainsi que les traditions artistiques et culturelles.

Le repas fut copieux. Telle la razzia de l’Almamy Samory Touré dans les savanes herbeuses du Nord, les vaisselles, comme des soldats morts sur les champs de bataille, s’entassaient sur les tables de service dressées dans le somptueux jardins de Monsieur le Maire. Cette terre généreuse à l’orée de la grande zone forestière du Sud procurait tout ce dont les hommes avaient besoin pour que leur pèlerinage de ce côté du voile soit le plus paisible possible.

Assis sous la véranda, chacun est à son digestif. Nous profitons de cette petite assemblée pour faire un point succinct des différentes actions et activités après un bref exposé du Maire. Quel personnage haut en couleur ce Maire, toujours rayonnant d’enthousiasme et volontaire jusqu’au bout des doigts. Nous ne nous étions pas tromper en portant ce jeune à la tête de notre belle et chère cité. Le Grand oracle là-bas sur la grande montage sainte de Gbéga l’avait vu et l’avait prédit.

Comme beaucoup de jeunes volontaires après moult efforts, il s’était sorti du marécage qu’était le système éducatif national. Il avait juste fait une année à l’université nationale. Le cœur serré, il s’était résolu à l’aventure. Il avait débarqué à Paris par une de ces journées glaciales; lui qui n’avait jusque-là connu que le soleil tiède de la grande zone forestière du sud. Après sa maîtrise en mathématiques appliquées à Paris Dauphine, il s’était orienté résolument vers les TIC.

Le Grand oracle nous l’avait prédit. Nous avions raté les deux premières révolutions, nous ne raterons pas celle des technologies de l’information et de la communication. Les ancêtres avaient disposé les puissances créatrices de telle sorte qu’un de leurs fils soit un des meilleurs experts mondiaux des TIC. Nous devions commencé par les TIC et le reste suivrait. Ce jeune entrepreneur était le Noé qui allait sauver toute la communauté du déluge – du naufrage. La terre sacrée appelle toujours ses enfants quelque soit l’endroit du monde où ils se trouvent.

Ils (nos parents restés sur la terre des ancêtres) savent où nous sommes tous. Ils nous connaissent alors pourquoi prétendons-nous être cachés? Pourquoi refusons-nous de revenir et rapporter ce que nous sommes allés chercher au loin là-bas dans les contrées où vivent les leucodermes.

Ce jeune, nous l’avions rencontré dans son bel appartement dans une charmante banlieue parisienne cossue. Alors que nous étions en chemin à sa recherche, il avait déjà perçu le message mystique de nos ancêtres. Les technologies de la communication ne sont-elles pas nées en Afrique? N’en sommes-nous pas les détenteurs originels? Bref!

Quand les grands esprits se rencontrent point de verbe; la conversation est mystique et se situe dans une dimension que le commun des mortels ne peut percevoir. Nous nous étions compris. Tout avait été décidé sans qu’aucune parole ne soit prononcée.

Une petite sieste avant d’aller faire mes honneurs à quelques vénérables que le poids de l’âge gardait dans la belle pension de retraite que nous avions construite à Trôdjô – sous la montagne au front saillant – Djidji ôtê kpré mé loin du tumulte. Dans ce cadre reposant, ils pouvaient être en contact permanent avec ceux qui les attendaient de l’autre côté du voile.

Je jette un coup d’œil rapide sur le grand écran qui affiche les grandes bourses mondiales. Je réponds à quelque emails et je laisse des consignes à mon assistante sur l’agenda électronique. Je me promène rapidement dans ma demeure de la capitale économique grâce aux caméras qui y sont installées et à la réalité augmentée. Je vérifie la position exacte des enfants. Ils portent des montres connectées. Je discute rapidement avec leurs enseignants et je confirme leurs différents rendez-vous chez les médecins. Les deux demeures : celle de la capitale économique et celle de Zikitopia ne sont qu’un même lieu grâce au TIC. Mais rien ne vaut la chaleur humaine, le contact physique avec ceux qu’on aime alors je viens le plus souvent à Zikitopia. Je n’ai que 2h de route à faire. Les distances sont abolies, l’instant est l’atteinte du temps absolu.

Récemment, je lisais le dernier rapport de la Banque mondiale sur le rattrapage technologique. Le constat est alarmant. Grâce à notre vaillant Maire qui depuis notre entretien avait délocalisé ses entreprises de Paris à Zikitopia, nous avions réalisé notre rattrapage technologique depuis for longtemps. Notre système éducatif est solidement ancré dans les TIC tout comme tout ce qui à Zikitopia requiert ces infrastructures.

Nous sommes connectés au monde comme nous le sommes à nos ancêtres. Les technologies sont nées en Afrique. Nous en sommes les détenteurs originels. Quand on avait eu le privilège de regarder dans les yeux le Grand oracle là-bas sur la montagne saint de Gbéga, aucune découverte technologique ne pouvait nous surprendre. Nous avions vu dans nos corps de chair l’autre côté du voile, le séjour de ceux dont les enveloppes de chair reposent dans la terre sacrée de nos pères.

Allô! J’appelle de Zikitopia – la citée à l’orée de la grande zone forestière du Sud qui a réussi son rattrapage technologique. RDV ce soir pour un verre au night-club.

Ok! A tout à l’heure.

GOBLE OURÉGA

  • Informaticien
  • Technicien de l’information
  • Spécialiste en Stratégies numériques, Transformation digitale et Citoyenneté numérique
  • Certifié Google en communication et marketing numérique et digital
  • Expert en Marketing relationnel
  • Gestionnaire des organisations
  • Gestionnaire de projet
  • gourega@yahoo.fr / +225 08 04 79 14 – 03 43 84 56

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top