Actualités

Zikitopia #6 – Toute pensée devient un fait

Au sens large, la pensée est une vie psychique, consciente dans son ensemble, qui recouvre les processus par lesquels sont élaborés, en réponse aux perceptions venues des sens, des images, des sensations, des concepts que l’être humain associe pour apprendre, créer et agir.

C’est aussi, une représentation psychique, un ensemble d’idées propres à un individu ou à un groupe, une façon de juger, une opinion (façon de penser), un trait de caractère (avoir une pensée rigoureuse), etc.

Un fait est un événement advenu ou advenant dans l’histoire d’un individu ou d’un groupe.

Orison Marden, un écrivain américain, dont les livres ont pour thèmes l’optimisme, la confiance et le succès dit: « Nous faisons le monde dans lequel nous vivons et nous façonnons notre propre environnement »

« L’atmosphère qui nous entoure est un produit de la pensée. La pensée la fait comme elle est, et la pensée peut la changer quand elle veut. »

La pensée n’affecte pas seulement notre corps et notre santé, mais qu’elle change l’environnement autour de nous – les gens, les circonstances … Elle émane de nous, crée notre propre atmosphère et influence les autres et leur attitude envers nous. Les gens nous voient tels que nous pensons être.

L’épaisseur d’un voile de soie fine voilà la frontière entre la pensée et le fait. Si mince! Et pourtant pour les hommes comme pour les communautés, il faut parfois plusieurs années voir plusieurs siècle avant qu’une pensée ne devienne un fait. Une idée, un objet ou une situation concrète et visible.

Le Grand oracle là-bas sur la montagne sainte de Gbéga dans notre quête nous a ouvert les yeux sur le mystère de la frontière entre la pensée et le fait. Il est le dépositaire de toutes les sciences de nos ancêtres. Il a dit: “Pour qu’une pensée devienne un fait, il faut la nourrir de la puissance de l’imagination et de la volonté. Plus l’intensité de l’imagination et de la volonté est forte plus le délai de la réalisation se raccourci. Ceci est vrai pour un homme. Ceci est vrai pour une communauté”.

Là-bas sur la montagne sainte de Gbéga, ce petit groupe d’hommes et de femmes a vu la citée à l’orée de la grande zone forestière du Sud comme elle devait être. Ils la voyait dans toute sa splendeur, dans toute sa beauté. Ils voyaient un peuple heureux de vivre. Ils voyaient une communauté forte et solidaire. Une communauté dans laquelle l’union et le “travailler ensemble” étaient inscrits en lettres d’or dans le cœur de chaque personne.

Là-bas sur la montagne sainte de Gbéga, tout cela n’était qu’une pensée, un rêve dont ils avaient maintenant la clé. Le mystère leur avait été révélé. En eux s’infusaient toutes les pensées et toutes les volontés de ceux qui étaient de l’autre côté du voile. Tout ce que nos ancêtres avaient espérer et appeler de tous leurs vœux ils le portaient en ces instants en eux. Ils le porterait de par le monde à leurs frères et à leurs sœurs.

La citée à l’orée de la grande zone forestière du Sud est parce qu’elle devait être. Il ne pouvait pas en être autrement. 

L’intensité de l’imagination et de la volonté devenait plus forte au fur et à mesure que des frères et des sœurs se joignaient à ce groupe d’hommes et de femmes qui avaient été là-bas sur la montagne sainte de Gbéga. Ils étaient descendus de la montagne avec le souhait de ceux qui sont de l’autre côté du voile. Ce souhait était de voir la citée à l’orée de la grande zone forestière du Sud devenir ZIKITOPIA.

Dès lors, le rêve “Zikitopia” n’appartenait plus à ce groupe d’hommes et de femmes qui avaient été là-bas sur la montagne sainte de Gbéga mais à tous les originaires de citée à l’orée de la grande zone forestière du Sud quelque soit le lieu où il résidait sur cette belle planète bleue. Zikitopia allait advenir dans l’histoire de l’humanité.

La tour de Babel s’était écroulé quand les hommes avaient commencé à parler plusieurs langues. Zikitopia naissait parce que tous les fils et les filles de la citée à l’orée de la grande zone forestière du Sud avaient commencé à parler une seule langue: la langue de l’union et du “travailler ensemble”. Leur imagination et leur volonté augmentait en intensité. La pensée Zikitopia devenait un fait. Jour après jour, une pierre était ajouté à l’édifice. Ce n’était plus une vie de l’esprit, un vœux pieux mais une réalité visible et palpable.

Le groupe d’hommes et de femmes qui avaient été là-bas sur la montagne sainte de Gbéga était devenu une puissante armée rangée en bataille. Le Grand oracle là-bas sur la montagne sainte de Gbéga l’avait prédit et l’avait fait dire au grand poète Novalis:

Bientôt les astres reviendront visiter la terre d’où ils se sont éloignés pendant nos temps obscurs ;

le soleil déposera son spectre sévère,

redeviendra étoile parmi les étoiles,

toutes les races du monde se rassembleront à nouveau, après une longue séparation,

les vieilles familles orphelines se retrouveront

et chaque jour verra de nouvelles retrouvailles, de nouveaux embrassement ;

alors les habitants du temps jadis reviendront vers la terre,

en chaque tombe se réveillera la cendre éteinte,

partout brûleront à nouveau les flammes de la vie,

le vieilles demeures seront rebâties,

les temps anciens se renouvelleront

et l’histoire sera le rêve d’un présent à l’étendue infinie”.

J’avais fait une bonne petite sieste. Il était temps que je présente mes hommages des vénérables avant le retour sur la capitale économique.

Ces hommes et ses femmes sages étaient la mémoire vivante de Zikitopia. Ils avaient vu leur petit hameau se transformer jour après jour en une magnifique cité. En même tant que les édifices sortaient de terres, en même temps que tout se structurait, leurs conditions de vie s’amélioraient. Ils avaient vu. Ils pouvaient raconté.

Ce qui n’était que le rêve (la pensée) d’un petit groupe d’hommes et de femmes avait reçu l’onction de ceux qui habitaient les Djris-sanctuaires auxiliaires là-bas sur la montagne saint de Gbéga. Ce rêve était devenu le rêve de tous. La puissance l’imagination et de la volonté avait fait de ce rêve une réalité, un fait.

A l’orée de la grande zone forestière du Sud, il y a un monde nouveau. Un monde où l’imagination et la volonté sont créatrices. Un monde où toute pensée pure devient un fait. Ce monde c’est Zikitopia.

 La citée à l’orée de la grande zone forestière du Sud est un fait. Ce n’est ni un mythe ni une utopie car un jour un petit groupe d’hommes et de femmes est devenu une grande armée rangée en bataille.

GOBLE OURÉGA

  • Informaticien
  • Technicien de l’information
  • Spécialiste en Stratégies numériques, Transformation digitale et Citoyenneté numérique
  • Certifié Google en communication et marketing numérique et digital
  • Expert en Marketing relationnel
  • Gestionnaire des organisations
  • Gestionnaire de projet
  • gourega@yahoo.fr / +225 08 04 79 14 – 03 43 84 56

 

 

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top