Actualités

Nous n’avons pas d’excuses.

L’éducation doit doter les élèves des compétences dont ils ont besoin pour mener une existence saine, productive et riche de sens. Les pays donnent différentes significations aux compétences, mais partagent certaines aspirations essentielles qui sont traduites dans leurs programmes d’enseignement. Partout dans le monde, les élèves doivent apprendre à interpréter de nombreux types d’écrits — des étiquettes pharmaceutiques aux grands ouvrages littéraires en passant par des offres d’emploi et des relevés bancaires. Ils doivent comprendre le fonctionnement des chiffres pour pouvoir acheter et vendre sur les marchés, établir le budget du ménage, interpréter des accords de prêts ou éditer un logiciel d’ingénierie. Ils doivent faire montre d’un raisonnement et d’une imagination de niveau supérieur pour développer ces compétences fondamentales. Et ils doivent développer les aptitudes socioémotionnelles comme la persévérance et la capacité à travailler en équipe qui vont les aider à acquérir et appliquer les compétences de base et d’autre nature.

Pendant les vacances 2019, la communauté village de Niagbaméko compte envoyer un nombre plus important d’enfants en villégiature en Europe. Nous savons qu’elle tiendra ce nouveau challenge. Tout comme les choses bougent dans ce village au niveau des infrastructures, notre souhait est que l’école dans ce village parte cette année sur de nouvelles bases tout comme nous le souhaitons pour tous les écoles de Zikisso. La rentrée est déjà là. Toutes les problématiques pour une école performante à Zikisso n’ont pas été posées et discutées. L’année scolaire 2018-2019 nous donnent une base d’analyse et le temps de dessiner une nouvelle école pour 2019-2020. Tout le monde est interpellé. Chacun à son niveau devra prendre ses responsabilités.

Il est de notre devoir maintenant de développer les aptitudes socioémotionnelles de nos enfants afin de les rendre plus résilients devant les défis à venir. Ce n’est pas parce que l’école en Côte d’Ivoire est médiocre que nos enfants à Zikisso doivent l’être. Le champs est vaste et nous devons le défricher ensemble.

Il faut rendre nos élèves instruits et compétents. Ils peuvent être des formateurs pour leurs mères.  Un proverbe dit fort bien : “Eduquer une femme c’est éduquer toute une nation”. Il nous faudra réfléchir à des stratégies pour l’alphabétisation de la femme et de la jeune filles dans nos villages.

L’enfant, la jeune fille et la femme doivent à manima savoir déchiffrer une prescription médicale. Ne serait-ce que pour cela, nous devons nous pencher avec un intérêt accru sur l’état de nos écoles à Zikisso. Au soir du 13 octobre, tous les administrateurs de Zikisso seront tous en place. A travers eux l’Etat doit exercer son devoir régalien pour l’éducation nationale. Nous devons l’y inciter voir l’y obliger mais ce que nous pouvons déjà faire, faisons-le.

Faisons-comprendre à nos parents paysans que le monde a changé.
Les tentations et les voies de déperdition des enfants et de la jeunes sont nombreuses.
Pendant qu’ils  servent des télénovelas à la télévision à nos enfants, leurs enfants sont dans les meilleures écoles pour recevoir les meilleures formation.

Nous n’avons pas d’excuses quand nous savons que les nouvelles technologies nous donnent les outils pour pour mieux instruire nos enfants. Nous n’avons pas d’excuses quand nous savons que nous avons d’éminents formateurs originaires de Zikisso. Nous n’avons pas d’excuses quand nous savons que nous avons les moyens financier et matériels pour doter nos écoles d’outils et d’une gestion des plus appropriés. Nous devons soutenir la formation de nos enfants et faire d’eux des hommes et des femmes de valeur.

Nous n’avons pas d’excuses.

Il y a quelques années, des villages à travers le monde étaient moins nantis que nos villages. Par des prises de décisions fermes et stratégiques, ces villages sont devenus des villages modernes. Nos enfants n’ont pas besoin de se perdre dans les villes. Nous avons tous chez nous. La réflexion est laissée libre. Sachons nous retrouver pour parler de ce qui nous est communautaire. L’éducation et l’apprentissage de nos enfants sont en première position. Comme le disait un ami : ‘”le système éducatif n’est pas de l’opposition. Il n’est pas du pouvoir en place. Il est pour nous tous”. A bon entendeur ….!

Bonne rentrée scolaire à tous les enfants de Zikisso.

GOBLE OURÉGA

  • Coordinateur Général Zikitopia
  • Informaticien
  • Technicien de l’information
  • Spécialiste en Stratégies numériques, Transformation digitale et Citoyenneté numérique
  • Certifié Google en communication et marketing numérique et digital
  • Expert en Marketing relationnel
  • Gestionnaire des organisations
  • Gestionnaire de projet
  • gourega@yahoo.fr / +225 03 43 84 56 – 76 61 23 52 – 08 04 79 14

 

 

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top