L’État, quel contrat républicain? Le monologue de la différentiation absolue! – ZIKISSO
Actualités

L’État, quel contrat républicain? Le monologue de la différentiation absolue!

Ce débat que nous appelons de tous nos voeux, nous permettra demain de savoir construire ensemble pour notre région et pourquoi pas notre pays. Il prend sa source dans le post que j’ai fait sur facebook dont le lien et le contenu sont laisssés à votre appréciation : https://www.facebook.com/danozady/posts/1909893812415380

Pour une école saine, rétablie dans ses droits, exerçant dans de meilleures conditions de travail pour tous en Côte d’Ivoire.
Ici l’école de ma ville natale Djidji et sans doute bien d’autres dont je ne suis pas encore informé.
Quel abandon de l’Etat!
Quelle régression! 
Quelle misère!

Un débat est suscité au sein de la rédaction entre rédacteurs, GOBLÉ Ouréga et GNADOU Dano Zady et j’en souhaite autant dans un respect mutuel dans la seule et unique raison de trouver des solutions idoines.

Rejoignez-nous pour un débat citoyen.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

GOBLÉ Ouréga

L’Etat certes mais nous avons les hommes et les moyens pour penser notre propre développement ou simplement penser le bien-être quotidien de nos parents. Il me sera rétorqué que nous payons les impôts et autres taxes. Je ne peux en disconvenir.
En attendant les retours sur cotisations (les impôts et les taxes sont des cotisations nationales) que faisons-nous?
Je suis pour les solutions citoyennes car le petit geste d’un simple citoyen vaut mille actes de l’Etat. Cherchons les voies de notre élévation et confrontons l’Etat à ses responsabilités quand nous aurons fait la démonstration que sans lui nous pouvons vivre mieux.
Ne nous laissons plus infantiliser par l’Etat. Il faut souvent avoir le courage de changer de paradigmes et envisager d’autres voies d’émancipation. Voila ce qu’ont réalisé les grandes nations et les grandes régions prospères de part le monde. Si elles l’ont fait, Zikisso peut le faire. Il nous faut juste organiser les cadres de concertation et d’échanges. Notre peuple se meurt et l’Etat ne viendra pas à son enterrement.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

GNADOU Dano Zady,

Le citoyen ne crée de loi que par son représentant à l’Assemblée nationale. Et si cela est adopté, c’est à l’État qu’il revient de veiller à leur application, de prévenir et de punir le cas échéant.

Prenons le cas de la prostitution, l’un des vieux métiers du monde dit-on, comment ce cas est-il réglé ailleurs par d’autres pays et qu’elles sont les lois en vigueur en Côte d’Ivoire que l’ÉTat pourrait activer pour juguler ce fléau, en matière de détournement de mineurs…?

Dans un monde organisé, seul l’État est responsable par rapport à ceux qu’il dépossède de leurs droits coutumiers, moraux et spirituels. Le citoyen a toujours fait pour son bien-être avec ses moyens de bord. On ne peut pas dédouaner l’État quand ceux qui le dirigent se goinfrent et s’adonnent à des gabégies, quand ces derniers favorisent partout la corruption dont ils sont les seuls bénéficiaires, quand le népotisme est devenu le sport favori du rattrapage ethnique.

Appliquons notre discussion à l’Actualité : est-ce encore le citoyen qui doit solutionner le problème de l’inondation dans la ville d’Abidjan ou celui de la séchéresse à Bouaké?

Dédouaner l’État contre le citoyen, serait suicidaire ou en être son complice ou son agent. Demeurons des agents de développement que nos pères ont toujours été mais sans perdre de vue que quand il faudra faire la part des choses, vu ce qui s’est fait ailleurs dans notre pays et qui continue de se faire, se sera à l’État et à ses dirigeants de nous rendre des comptes.
Nous connaissons nos droits et savons nos devoirs surtout sur le plan de l’initiative privée.

Pour une région forte en responsabilté,
Une Côte d’Ivoire stable et prospère avec un développement équilibré,
Un État fort organisé, au service de son peuple à qui il garantit des conditions d’un véritable épanouissement, le protégeant et le libérant par des lois, lui apportant la sécurité nécessaire.

Djikiyeu Gney, ce débat est le votre, s’en saisir est votre devoir de citoyen responsable en vous plaignant de/devant qui de droit pour bien responsabilser l’État.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

GOBLÉ Ouréga

Entre-nous, ta fille ou ta nièce se prostitue, ton fils ou ton neveu se drogue. La fille ou le fils pouvant faire les deux en même temps et tu attends l’Etat. Laisse-moi rire un bon coup car tu cours à ta propre perte. Le temps que l’Etat arrive au pire tu organiseras des funérailles ou tu ne feras que faire des aller-retour au commissariat si ce n’est que tu passeras ton temps à rembourser des dettes qu’ils auront occasionné par tous les mauvais actes que font poser la drogue et corollaires.

Tous ces enfants ne vivent pas dans les maisons de l’Etat. Ils sont dans nos maisons. Alors que faisons-nous?

Des fois, des interlocuteurs me demandent qu’elles sont les solutions que je propose. Si je disais que je n’ai pas de propositions de solutions ce serait me mettre en porte-à-faux avec ma démarche. Mes propositions ne seront que ma vérité. Je sais que ce ne sera qu’une part de la vérité voila pourquoi j’appelle à la formalisation de cadres de concertation et d’échanges sur les grands problèmes sociaux et de développement. Il y a des personnes mieux outillées pour la mise en place de ces cadres : nos élus et nos cadres (nos aînés) d’ici ou d’ailleurs. La sagesse recommande de savoir sa place. Moi je sais la mienne alors je peux m’exprimer sans crainte.

Sexe, drogue, alcool et …… Broutage (avec ‘Zamou’). L’étendue de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu n’échappe pas à ce fameux phénomène tant décrié. Les faits sont avérés pour vous dire qu’il est temps que des actions en faveur de notre jeunesse soient menées. Arrêtons de festoyer inutilement. Nous avons de problèmes plus urgents à gérer. Ces vices touchent tous les villages de notre région donc personne ne peut se dédouaner à moins que ce ne soit de la pure mauvaise foi (quelque chose que nous savons si bien partagé). Notre responsabilité est engagée quelque soit notre position.

Je me suis mis à ma propre responsabilité de dire et de dénoncer ces choses.

Cela est inévitable voire primordial, la collaboration entre la jeunesse et les aînés. Mais il est évident que cela se passserait mieux si les règles et les cadres de concertation étaient prédéfinis de telle sorte que les codes maîtrisés pour la circonstance de collaboration inter-générationnelle, ladite collaboration ne puissent pas souffrir d’un désordre chaotique.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

GNADOU Dano Zady,

Il est aussi évident qu’une sensibilisation tant étatique que coutumière, une volonté politique avérée en la matière, amène les uns et les autres, à poser les jallons d’une résolution comportementale des maux qui minent notre société.

Par où commencer pour traiter ces maux? Comment soigner une telle société victime d’une crise multi-viscérale?

Que font-ils, que faisons-nous mais que fait surtout l’État? Comment ne peut-il pas en être informé alors que le commun des mortels l’est?

La volonté politique est nécessaire à la résolution de la crise sans doute généralisée.
Nous invitons, en emboitant le pas de l’auteur de cet article, tous les responsables à quelques niveaux que se soit, politiques, cadres, société civile, forces vives, de se saisir de ces problèmes chroniques. Le cas échéant, ne pas hésiter à interpeller les plus hautes autorités politiques du pays car comme exposé dans le texte, le mal est national.

Il est aussi évident qu’une sensibilisation tant étatique que coutumière, une volonté politique avérée en la matière, amène les uns et les autres, à poser les jallons d’une résolution comportementale des maux qui minent notre société.

Par où commencer pour traiter ces maux? Comment soigner une telle société victime d’une crise multi-viscérale?

Que font-ils, que faisons-nous mais que fait surtout l’État? Comment ne peut-il pas en être informé alors que le commun des mortels l’est?

La volonté politique est nécessaire à la résolution de la crise sans doute généralisée.
Nous invitons, en emboitant le pas à l’auteur de cet article, tous les responsables à quelques niveaux que se soit, politiques, cadres, société civile, forces vives, de se saisir de ces problèmes chroniques. Le cas échéant, ne pas hésiter à interpeller les plus hautes autorités politiques du pays car comme exposé dans le texte, le mal est national.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

GNADOU Dano Zady, L’INDISPENSABLE APÔTRE DE LA PAIX !

Pour concilier les deux positions, la position de GOBLÉ Ouréga et la mienne, je dirai que les deux sont nécessaires à la résolution des problèmes qui minent notre société. A chacun de prendre ses responsabilités.

Au citoyen Djikiyeu d’utiliser l’outil juridique que l’État a mis à sa disposition, le cas échéant d’en demander le renforcement.

Aux autorités coutumières de multiplier les réunions de sensibilisation de condamnation des délits posés, d’en référer aux autorités administratives, Préfet et sous-préfets.

A la diaspora à l’intérieur comme à l’extérieur de la Côte d’Ivoire, constituer une veille de conscience permanente, un comité, une délégation chargés de rencontrer les victimes et accusés pour une campagne de prévention ou de sensibilisation complète en associant les compétences territoriales.

A l’État, de protéger sa jeunesse et sa population contre tous ces fléaux, de punir bien après la campagne de prévention dont il aurait assuré la réussite.

Enfin, nous devons encourager les citoyens à recourir à la justice car des lois existent bien dans un État de droit. Ils doivent s’organiser en association de défense et d’utilité publique afin qu’elle soient subventionnées par l’État et bien évidemment de généreuses mains.

En vérité, la localité de Zikisso n’est pas l’État ; tout comme les autres régions d’ailleurs, prises individuellement, elle n’aura jamais les moyens de l’État ivoirien.

Au nom du contrat républicain, nous réitérons notre demande, à l’État de faire sa part car nous savons ce qui est possible de faire pour nous dans le long processus de développement de cette étendue oubliée de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu.

Dieu Bénisse notre région,

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top