Zikitopia

Il n’y aura plus d’attentat à leur pudeur et à leur dignité.

Malgré l’aide financière et matérielle considérable dont bénéficie l’Afrique depuis des décennies, l’écrasante majorité de la population continue de vivre dans des conditions de grande misère et de détresse. Les flux financiers nets en direction de l’Afrique Sub-saharienne auraient atteint 17 milliards de dollars en 1992 et près de 19 milliards en 1993.

Pourtant, l’Afrique compte toujours le taux le plus élevé de mortalité infantile (7/1000). Sa durée moyenne de scolarisation, avec 1,6 année en 1992, est la plus courte du monde. Sa part dans la production mondiale est de moins de 2 % (1,7 %). Une vingtaine de pays africains sont engagés dans des conflits civils ouverts ou larvés, ce qui lui vaut plus de 6 millions de réfugiés et 17 millions de déplacés à l’intérieur de leur propre pays. Enfin, selon les prévisions de la Banque Mondiale, la moitié de la population de l’Afrique sub-saharienne vivra en l’an 2000 dans une pauvreté absolue.

Les dates dans le texte ci-dessus dont vous pouvez lire l’intégralité ici montrent à l’évidence que

rien n’a changé sous nos tropiques et qu’il est urgent de repenser le développement de l’Afrique et surtout celui des territoires enclavés comme notre si belle et si riche région de Zikisso.

La plupart des organismes d’aide à l’international se tournent aujourd’hui vers les communautés de base afin de mieux soutenir les populations cibles. Il est à noter que ces organismes ne peuvent s’appuyer que sur des structures fonctionnelles répondant aux normes modernes de gestion. En ce sens, il nous faut dans nos villages, sous-préfectures et communes aller à une restructuration en profondeur des modes et moyens de gouvernance. Les mutuelles de développement vu sous cet angle doivent devenir une réalité dans nos villages et groupement de villages. Ne pas aller dans ce sens, c’est impacter fortement notre volonté de créer les conditions d’un mieux-être des nos parents paysans.

Même si nous avons des hommes et des femmes de valeur avec une ferme volonté de transformer nos villages en cité modernes, l’ampleur des travaux à conduire nous oblige à faire appel à l’aide international. La limite des actions gouvernementales en faveur de notre région nous y oblige fortement. La loi portant sur la Décentralisation donne tous les mécanismes aux collectivités locales pour rechercher les fonds et les partenaires internationaux à même de les accompagner dans leurs politiques de développement. Il est de ce fait de notre droit, comme le notait Gnadou Dano Zady dans son article intitulé Conseil Régional du Lôh-Djiboua : quel bilan pour Zikisso? , de demander des comptes au Conseil régional du Lôh-Djiboua sur les aides internationales reçues et la part réservée à Zikisso. A moins que le Conseil ne soit pas au fait des mécanismes de la loi portant décentralisation. A ce niveau, permettez que j’en appelle aux experts en gestion des collectivités locales; eux qui surement en commentaires à ce texte pourront mieux nous expliquer la loi sur la décentralisation et les mécanismes qu’il offre aux collectivités locales dans le domaine des aides extérieures.

Concernant la commune de Zikisso, si j’ai bonne mémoire, elle est jumelée à la ville de Craon en France depuis plus de 20 ans. Alors question : quels ont été les bénéfices de cette coopération internationale ? Une question fondamentale que ZIKITOPIA se fera fort d’adresser au futur magistrat de la cité, l’administration étant une continuité.
A toutes les entités administratives et pour paraphraser le Capitaine Thomas Sankara : “….Nous proclamons, que désormais à Zikisso et dans nos villages, plus rien ne se fera sans la participation des populations. Rien qui n’ait été au préalable décidé par elles, élaboré par elles. Il n’y aura plus d’attentat à leur pudeur et à leur dignité“.

Dans l’article Nous voulons demeuré GNA KPO KWOA ME KO, je notait ceci : Dans ce monde qui court vers des lendemains incertains, sur cette terre de nos ancêtres à Niagbaméko et à Zikisso, nous, fils et filles sachons trouver nos propres chemins en nous adossant aux valeurs pures de notre culture et de notre civilisation.
Ainsi chaque originaire de Zikisso là où qu’il soit, individuellement ou en association, est en mission pour quêter toutes les opportunités pouvant nous permettre d’avoir les moyens de construire nos villages et notre région. Cependant, il serait improductif que celui et ceux qui ont des contacts en usent à des fins personnels de promotion ou de valorisation. Nous savons comment ces choses marchent. En tout état de cause la duperie et/ou la supercherie seront toujours découvertes. Ce genre de comportement à de longtemps créer des frustrations et des antagonismes qui ont été préjudiciables à nos parents paysans, à nos villages et à notre région. Alors quand changent les temps, il faut que changent les hommes.

Je le redis encore une fois, ZIKITOPIA et tout ce qui s’en déduit ne sont dirigés contre personne et n’entacheront jamais volontairement l’honorabilité de qui que se soit. ZIKITOPIA cherche juste à poser les conditions préalables à un développement intégré et intégral de nos villages et de notre belle et riche région. Si d’aventure, parce qu’aucune oeuvre n’est parfaite et qu’un mot ou une phrase dans un discours peut prêter à interprétation, ZIKITOPIA se dispose à évacuer toute situation ou tout conflit dans le dialogue, les échanges fraternels, la coopération et la collaboration. Toutefois cela se fera sans compromis ni compromission et toujours dans le soucis permanent de la défense des intérêts des populations de Zikisso. Que cela soit entendu pour dit.

Encore une fois, nous réitérons notre admiration à tous nos parents de la diaspora et particulièrement à Awahi France, l’association des filles et fils de Niagbaméko résidant en France avec à sa tête le dynamique Président Niahoua Pierre.
Excellent séjour à mon père et ami Légou Jaures et à tous nos enfants.

Nayissakoh !

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top