Actualités

DJIDJIGBAH!

Grand Ziki : Bogoboua, rencontre du sous préfet avec la population pour l'identification du site du monument de l'entrée du Grand Ziki.

Grand Ziki : Bogoboua, rencontre du sous préfet avec la population pour l’identification du site du monument de l’entrée du Grand Ziki.

ELUS, CHEFS DE VILLAGES, CHEFS CENTRAUX, AIDEZ MONSIEUR LE SOUS-PRÉFET

Cette tribune s’adresse à tous les Djikié en général, mais en particulier à tous les élus, chefs de villages, chefs centraux, anciens élus, cadres et chefs de communautés. Je sais que vous allez me dire comme d’habitude : « Laissez-nous tranquilles, c’est nous qui vivons ici ».

A ceux qui d’aventure porteraient cette réflexion, je réponds avant de continuer : “Oui, vous vivez ici aujourd’hui, comme nos parents y ont vécu avant vous, et nos enfants y vivrons après vous. Tout un chacun a donc le droit, et même le devoir d’apporter sa contribution au bien-être de cette belle région.”

Cette mise au point étant faite, j’en viens à l’objet de mon intervention. En effet, tout dernièrement les veuves de Zikisso ont demandé le foyer des femmes pour une manifestation. Monsieur le Sous-préfet leur demande de payer la location de la salle. Cette demande est pour moi incompréhensible, car il me semble qu’il y a un conseil municipal piloté par un Maire à Zikisso. Pourquoi c’est le Sous-préfet qui s’occupe du foyer des femmes ?

Le Sous-préfet est le représentant du Préfet qui représente le chef de l’état dans le département. A ce titre, je crois savoir que Monsieur le Sous-préfet a ses prérogatives qui lui sont propres. Il n’est pas bon de laisser toutes les charges au Sous-préfet qui a autre chose à faire que de gérer une salle de fête. On est tenté de se poser la question suivante : est-ce qu’il y a encore un Maire à Zikisso ? Si oui, que fait-il pour que ce soit le Sous-préfet qui gère le foyer des femmes ?

Il se peut que les uns et les autres ne sachent pas leurs rôles respectifs. Il est vrai qu’on ne peut pas tout savoir. Dans ces conditions, cela ne coûte rien d’aller voir le Préfet du département pour vous indiquer à chacun (Sous-préfet et Maire) vos attributions respectives.

Et s’il est impossible d’aller à Lakota, à Zikisso même il y a des administrateurs à la retraite, rapprochez-vous de ceux-ci afin qu’ils vous éclairent sur vos attributions respectives pour la bonne marche de la communauté.

Et puis, il y a une multitude de chefs à Zikisso à savoir : chefs centraux, chefs de villages, chefs de terre et j’en passe. Comment se fait-il qu’ils n’arrivent pas à s’accorder pour remettre les choses à l’endroit. Car, laisser le Sous-préfet gérer une salle de fête est la preuve que les choses sont à l’envers à Zikisso. Vous n’aidez pas Monsieur le Sous-préfet en laissant tout dans ses mains. Il est venu à Zikisso pour vous aider à vous prendre en charge. Ne lui laissez pas toutes ces charges, afin qu’il puisse se consacrer à son œuvre de développement pour laquelle il a été affecté à Zikisso.

Il faut que le Maire, premier Magistrat de la commune de Zikisso prenne ses responsabilités.

Je profite de cette tribune que nous offre Zikisso.com pour lancer un appel à tous les Djikié de se rassembler pour relever le défi du développement. Il faut absolument arrêter de vous dénigrer les uns les autres. Car, quoi qu’il en soit, c’est la mémoire de nos ancêtres qui est salie par ces comportements irresponsables et dévastateurs.

Vous pensez vous donner de la valeur en salissant vos frères pour prendre je ne sais quelle place. Mais, sachez que dès que vous approchez une personnalité pour dénigrer vos semblables, celle-ci vous classe automatiquement comme quelqu’un de nuisible. Il est vrai qu’elle ne vous le dira pas ouvertement. Mais, vous n’aurez plus jamais de la dignité devant cette personnalité. Voilà la raison pour laquelle les Djikié sont fortement méprisés par tous ceux qu’ils accueillent.

Vivement que les chefs centraux, les chefs de villages, les élus, les chefs de familles, les chefs de communautés, les cadres, les retraités se mettent au tour d’une table pour reconquérir la dignité perdue.
Il s’agit ici d’un changement radical de comportement. On peut être digne dans la demande, dans la requête, dans les champs, dans les plantations.
Nous approfondirons ces réflexions car la période est propice. En effet, le moment des élections arrive. Cela nous permettra de savoir la personne capable de nous redonner l’envie de retrouver notre dignité perdue.

En attendant de vous lire, Passez une bonne journée.

Gbogbodjakolais

djidjigbah!par GBOGBODJAKOLAIS

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top