RÉGION DE ZIKISSO

Djidji na wouo yi – na wouo yi o, Djidji na wouo yi. 

Mon cœur est dans la joie.
Je suis un homme heureux.
Niagbameko – Paris : 6362 km. (à vérifier o!!!!)
Ils l’ont fait. Un challenge relevé. Comme on le dit à Abidjan : ‘ya pas l’homme pour vous’, ‘vous êtes des 10’.

Ma plume ce jour veut chanter un chant de joie et élever des actions de grâce vers le Très haut.

Comment rendrai-je au Seigneur
tout le bien qu’il m’a fait ?
J’élèverai la coupe du salut,
j’invoquerai le nom du Seigneur.

Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
j’invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple.

Oui devant tout le peuple de Zikisso, je dis MERCI à tous nos parents de la diaspora et en occurrence celle de la France et plus particulièrement de Paris. Merci d’accueillir votre frère et vos enfants. Merci pour ce beau cadeau fait à tout un village. Ils sont juste 5 mais ils portent en eux chaque fils et fille de ce beau village, votre village. Vous êtes aller chercher les moyens de notre bonheur sous d’autres cieux et vous ne cessez de nous prouver que votre village, vos frères, vos sœurs et vos enfant sont à chaque instant dans vos cœurs. Cet événement ouvre une nouvelle ère pour Niagbaméko et pour tout Zikisso : l’ère des actions concrètes.
Nous n’avons plus le choix. Nous devons toujours avancer, aller de l’avant sans peur. Nos aïeuls n’ont jamais eu peur. Ils ont toujours affronter les difficultés ensemble pour être heureux ensemble. Nous n’avons pas le droit de les décevoir.

C’est le même village qui s’étend à de multiples lieux en Côte d’Ivoire et partout dans le monde. Quelque soit là où tu es, sache que ton village t’appelle; tes frères et sœurs t’appellent. Rien ne se construit dans le division et les rancœurs. Le pardon des fautes passées, l’union retrouvée pour collaborer, coopérer et construire ensemble voilà les chemins qui mènent au développement. Nous lutterons ensemble pour que ce développement advienne. Nous lutterons ensembles pour les infrastructures. Nous lutterons ensemble pour un mieux-être de nos parents. Nous lutterons ensemble, chacun venant avec ce qu’il a comme arme; que cette arme soit l’intellect, les finances ou la force physique. Nous avons les 3 à Niagbaméko et dans tous les villages de Zikisso. Plus de raisons alors que cette belle et riche région reste en marge du développement. L’Etat certes mais nous d’abord. Faisons ce que nous pouvons parce que nous ne pouvons pas tout. Nous aurons au moins le mérite d’avoir essayer.

Ils nous reviendront nos enfante et notre frère dans quelques semaines avec plein de souvenirs. Le plus important, ils nous ramèneront une part de ceux de nous qui sont là-bas à 6362 km. Un seul village – Un seul peuple. J’aime mon village et je ne cesserai jamais de louer le courage et l’abnégation de tous ses enfants. A gné wa la gnakôdou wan! Djidji na wouo yi – na wouo yi o, Djidji na wouo yi.

Merci à vous tous pour cs belles aventures.

Nayissakoh !

 

1 Commentaire

1 COMMENTAIRE

  1. DJAGO Jean Patrice

    19 août 2018 at 23 h 21 min

    Merci mon frère pour ce très bel hommage que tu rends pas à nous, mais à ce village que nous aimons tant et à ceux qui l’ont créé. Que Dieu nous donne la force d’être dans le même esprit. Notre joie était très grande ce matin de retrouver Niagbameko en plein aéroport Charles de Gaulle à Paris.Merci à tous

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top