Zikitopia

Nos potentiels sont sous exploités

Dans une précédente publication,  nous avons posé qu’au sens strict la quasi totalité des actions posées sur le territoire de Zikisso ne sont pas des actions de développement. Ce sont plutôt des actions de bien-être et de commodités.

En effet, ces actions ne génèrent pratiquement pas de situations de production de richesses. Le constat est clair et ne peut souffrir d’une possible contestation : le potentiel économique de la région de région de Zikisso est fortement sous exploité. Voila pourquoi, nous avons salué la dotation du village de Bogoboua d’une broyeuse moderne. Cette broyeuse doit servir de base à la mise en place d’une unité semi-industrielle ou industrielle de transformation du riz paddy.

Si cette opération est bien étudiée et bien menée, elle ne peut qu’engendrer la création d’emplois d’opérateurs directs et de techniciens de maintenance. J’ai étudié la chaîne de valeurs du riz et à seul niveau, il y a déjà 5 emplois minimum à créer. Nous sommes de fait en présence d’une TPE (Très Petite Entreprise). La suite des événements consistera en une bonne gestion qui doit permettre d’avancer vers une PME. Ce développement imposera la création d’autres emplois parce que le volume de l’activité aura accru. Cette broyeuse (offerte pour des raisons quelconques) induit  toute une dynamique de création d’emplois. Ces emplois vont inciter à la consommation. La consommation va créer de la richesse.

Je réitère mes félicitations aux personnes qui ont offert cette broyeuse. Poussons la réflexion un peu plus loin et nous en avons donné quelques ébauches dans diverses publications. Cette broyeuse aura un impact direct sur le village de Bogoboua mais également sur toute la région de Zikisso si tant est que sa donation  n’est pas juste une autre action de bien-être et de commodités ou de satisfaction d’intérêts personnels pour une quelconque position convoitée. Voilà un des comportements qui minent l’avancée de nos villages et de notre région.

Mais revenons à notre broyeuse sous la perspective de mise en place d’une unité de transformation du riz. Dans la chaîne de valeurs du riz, après le broyage, il y a le triage et le conditionnement et puis après la vente. Le triage et le conditionnement sont des activités qui peuvent être transformées en entreprises. N’est-ce pas là d’autres situations de création d’emplois ? Et si les unités de triage et de conditionnement étaient dans le Djidji puisque qu’il est juste à 5 km de l’axe Gagnoa-Yamoussoukro ? La nouvelle station d’essence de Zikisso-centre prendrait automatiquement une autre dimension. Le riz se livre dans des remorques. Les remorques fonctionnent à l’essence. Et si on supposait que ces remorques appartiennent à un consortium d’investisseurs originaires de Zikisso. Encore des emplois ! Et si les grands champs de riz se situaient dans le Gagoré ? Encore des emplois !

Pensez-vous que je serai à Abidjan entrain de saisir ce texte ? Certainement pas! Toutes ces entreprises vivraient à l’heure du web 2.0, des nouveaux modèles économiques ; nous serions en plein gestion de projets, de marketing digital puisque le riz blanchi et conditionné devra être exporté. Je serau chez moi à Zikisso avec mes sociétés de conseils et d’assistance techniques et technologiques. Encore des emplois !

Quand vous deviendrez des investisseurs, vous n’aurez même pas besoin de devenir Député, Maire ou que sais-je encore. Ceci est un appel à la diaspora djikiyeu. Nos potentiels sont sous exploités.

Tout ce qui précède n’est pas de la fiction puisque cette broyeuse est bien réelle à Bogoboua. (j’ose le croire).

L’Etat ne crée pas le développement. Il met à disposition les moyens et les outils qui y contribuent (route, électricité, eau, etc.). Le développement d’un village ou d’une région est de la responsabilité des natifs. Nul ne viendra faire notre bonheur à notre place. Apprenons à collaborer/coopérer parce…..

…..de la Sainte montagne de Gbéga et de tous Djri-sanctuaires secondaires, ceux qui sont de l’autre côté du voile attendent que nous les libérions. Ils veulent ouvrir les écluses pour nous inonder de leurs saintes bénédictions afin de nous rendre féconds de toute bonne chose et prospères de toute richesse. Disons seulement un mot et cette étendue de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu sera sauvée. Paix nous soit de la part de nos ancêtres – hommes et femmes vaillants qui n’ont jamais été vaincus alors ne nous laissons pas vaincre par tout ce qui ne construit pas.

GOBLE OURÉGA

  • Coordinateur Général Zikitopia
  • Informaticien
  • Technicien de l’information
  • Spécialiste en Stratégies numériques, Transformation digitale et Citoyenneté numérique
  • Certifié Google en communication et marketing numérique et digital
  • Expert en Marketing relationnel
  • Gestionnaire des organisations
  • Gestionnaire de projet
  • gourega@yahoo.fr / +225 08 04 79 14 – 03 43 84 56

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top