Actualités

La préfecture de police de Paris met en garde contre les rumeurs d’attentats

Au lendemain de l’arrestation de quatre jeunes filles, qui auraient rédigé des menaces d’attentats sur les réseaux sociaux, la police parisienne

Copyright : BENOIST TESSIER/REUTERS - Des CRS de faction Porte de Versailles à Paris.

Copyright : BENOIST TESSIER/REUTERS – Des CRS de faction Porte de Versailles à Paris.

appelle à rester méfiant face aux propagations de faux messages.

Des messages sur une prétendue menace d’attentats dans des lieux publics parisiens ont circulé massivement depuis vendredi par SMS et sur internet. La police a mis en garde contre ces «rumeurs» et rappelé que le niveau d’alerte, élevé, n’avait pas varié depuis le 13 novembre. «Ne propagez pas les rumeurs, pour tout renseignement consultez les sites officiels», a demandé samedi la préfecture de police de Paris sur son compte Twitter.

Les messages relayés étaient comme celui-ci: «Message de la préfecture de police de Paris, demandant de limiter les déplacements dans les centres commerciaux ce week-end, menace imminente sur tout le territoire français, Paris comme en province, à faire tourner largement.» Ces messages qui circulent font état, citant souvent des «amis flics», d’un «risque imminent d’attentats» dans des «magasins et centres commerciaux» dans le nord de Paris.

Ne propagez pas les rumeurs, pour tout renseignement consultez les sites officiels
— Préfecture de police (@prefpolice) 12 mars 2016

Le Figaro.fr/AFP Agence.

Le Figaro.fr/AFP Agence.

Cette dernière fausse alerte semble liée à l’arrestation de quatre jeunes filles, dont deux adolescentes de 15 et 17 ans mises en examen dans la nuit de vendredi à samedi pour avoir menacé dans des échanges de messages sur Facebook de commettre des attentats «semblables à ceux du 13 novembre», notamment dans une salle de concert parisienne. Selon le parquet de Paris, il semblait s’agir à ce stade d’un «projet intellectuel», «aucune arme ni substance de nature explosive» n’ayant été découverte.

Pour autant, la police a, dans une note interne, donné des consignes de précaution et dicté des mesures de sécurité préventives, selon une source proche du dossier. C’est cette note qui a fait l’objet de fuites et déclenché les messages alarmistes, explique la source policière.

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top