Alors parlons-nous parce que…. – ZIKISSO
Actualités

Alors parlons-nous parce que….

Réflexion : Retour de la pensée sur elle-même en vue d’examiner plus à fond une idée, une situation.
 Le travail le plus ardu sur terre des Hommes doit être de tenter de construire une conscience collective. Un travail n’est pas un travail s’il est mené par la passion. La passion d’apporter son humble contribution à l’évolution de sa communauté à travers une suite de réflexions sur les changement de paradigmes.
Un peuple qui ne réfléchi pas ne peut définir les cadres de sa propre progression, de sa propre évolution. Ce peuple est voué à la disparition. ET ne pas participer à la réflexion sur le devenir de son peuple t’exclu d’office de ce peuple. En te comportant ainsi tu comptes parmi les pires fossoyeurs. Tu es un criminel.
Je ne veux pas compter parmi les criminels exterminateurs de mon peuple. Alors je mène mes réflexions et je pose mes propositions et suggestions d’orientation. Le danger pour tout peuple c’est quand ses natifs se comportent comme des étrangers. L’étranger est un aventurier qui dans la majorité des situations ne vient que pour profiter des potentialités offertes par le lieu de son séjour.
Aussi je n’ai aucune gêne à accuser ces intellectuels qui bardés de leurs titres pompeux ne mènent aucune réflexion constructive sur le peuple dont ils doivent être participants de l’évolution et de la progression. Je salue avec la plus grande déférence tous ceux qui par amour pour leur peuple ou par ‘obligation intellectuelle’ ont produit des réflexions sur le peuple de cette surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu. Les générations futures sauront élever au nus ces fils et ses filles dignes et vouer aux gémonies tous les autres. L’histoire est implacable sur ce point.
Un sage disait que la vérité est un miroir tombé de la main de Dieu. Ce miroir s’est brisé; chacun en a ramassé un morceau et croit détenir toute la vérité. Partant de cette sublime pensée divine, ce que j’avance n’engage que moi et j’en en assume toutes les responsabilités. D’aucuns pourront le comprendre comme un appel de cœur pour qu’ensemble nous nous penchions sur le sort de cette surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu. D’autres pourront le prendre comme une somme d’injures à eux adresser. Mais à toute fin de cause, tout le monde est libre de s’exprimer. J’en appelle à la contradiction non pour diviser mais pour construire la VERITE de cette surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu.
Je m’adresse aux intellectuels parce que c’est de leur responsabilité de proposer les voies de réflexion, de retour de notre pensée collective sur elle-même en vue d’examiner plus à fond la situation du développement économique et social de notre terre natale (cette surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu).
Voila où réside l’opportunité de cette plateforme. Quelque soit ce qu’on peut se reprocher les uns les autres, si nous ne commençons pas par nous parler, nous n’amorcerons jamais les voies de solutions. Avec les technologies actuelles, nous n’avons plus forcement besoin d’être en face à face au risque d’en arriver aux mains après d’intenses invectives. Derrière ton écran en anonyme ou avec ta vraie identité dit ta part de vérité. Dis-là telle qu’elle t’oppresse. Dis-là telle que tu la ressens. Ta parole est surement le remède au mal-être de ton frère ou de ta sœur.
Parlons pour nous libérer et libérer les autres. Nous y gagnerons tous. La surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu y gagnera encore plus. Voilà le sens de ma présence sur cette plateforme et je le dis encore j’assume pleinement ce que j’y écris.
Lien Facebook du post (pour ceux qui souhaitent réagir).
Mon souhait le plus ardent pourrait être traduit par le photo ci-dessus non pour ensemencement (VANITE) mais pour la discussion suscitée et amorcée. Nul n’a la science infuse complète comme nul n’a toute la somme de la réflexion ni de la vérité. Poser ta réflexion est un risque et ne pas le faire est un crime parce que tu prives l’autre du mot qui aurait pu l’aider à organiser sa propre réflexion.
Ce texte de cette présente publication est soutenu à souhait car il s’adresse plus particulièrement à cette catégorie de nos fils et filles qui sont nos phares : les intellectuels. Tels qu’ils brillent ailleurs, qu’ils brillent chez nous aussi. Ils sont nous et nous sommes eux. Nous tenons des morceaux de miroir à double face qui renvoie à la fois notre propre image donc nos propres limites et  l’image du frère ou de la sœur en face avec ses propres limites.
La loi essentielle de la nature c’est la compétition mais ce qui a permis aux hommes qui n’ont ni griffes ni dents de régner sur la création c’est la COOPERATION.
Alors parlons-nous parce que….
….de la Sainte montagne de Gbéga et de tous Djri-sanctuaires secondaires, ceux qui sont de l’autre côté du voile nous appellent afin que nous les libérions. Ils veulent ouvrir les écluses pour nous inonder de leurs saintes bénédictions afin de nous rendre féconds de toute bonne chose et prospères de toute richesse. Disons seulement un mot et cette étendue de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu sera sauvée. Paix nous soit de la part de nos ancêtres – hommes et femmes vaillants qui n’ont jamais été vaincus alors ne nous laissons pas vaincre par tout ce qui ne construit pas.
P.S : Ce texte m’a coûté 2h30 de mon temps et une débauche d’énergie énorme pour réfléchir afin d’agencer les mots et les idées au mieux pour transmettre ce qu’il y avait en moi ce jour pour mon peuple. La paye que je demande c’est juste un commentaire au bas de ce texte. Paix nous soit!

GOBLE OURÉGA

  • Coordinateur Général Zikitopia
  • Informaticien
  • Technicien de l’information
  • Spécialiste en Stratégies numériques, Transformation digitale et Citoyenneté numérique
  • Certifié Google en communication et marketing numérique et digital
  • Expert en Marketing relationnel
  • Gestionnaire des organisations
  • Gestionnaire de projet
  • gourega@yahoo.fr / +225 08 04 79 14 – 03 43 84 56

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top