Actualités

Zikitopia – Une jeunesse consciente, vaillante, travailleuse et victorieuse.

L’actualité en Côte d’Ivoire, la souffrance de nos enfants et la hantise des parents nous a un temps soit peu éloigné de nos objectifs immédiats concernant Zikitopia. Quoique!

L’actualité qui fige toute notre attention du moment s’est déroulée à Abidjan. Cependant, nous sommes assaillis depuis des années d’informations concernant ces voies obscures d’enrichissement. Notre “chez nous” n’échappe à cette frénésie immorale et amorale d’acquisition de biens éphémères que nous allons laisser sur cette terre des humains.

Oui! Ne critiquons pas les autres en feignant de ne pas voir la poutre qui est dans notre œil. Zikisso est concerné et nous le savons tous. Nous n’avons plus de repères. C’est la course effrénée à la possession. Tous les moyens sont bons pourvu que notre nom soit chanté et loué à l’égard de celui du Créateur de l’univers visible et invisible.

Nous avons prouvé à notre jeunesse que l’on peut devenir quelqu’un sans le dur labeur qui mouille l’échine de sa sueur chaude, preuve que nous avons mis en fourrière notre mentale et notre force à produire. Nous avons trahi les idéaux de nos pères et de nos mères. Nous avons déserté nos lignes de front de progression dynamique.

Dans Climbié du Vénérable Bernard Dadié, l’oncle N’dabian dit :”Le travail et après le travail l’indépendance mon enfant, n’être à la charge de personne telle doit être la devise de votre génération. Et il faut toujours fuir l’homme qui n’aime pas le travail“.

Ne pas aimer le travail condamne notre région à une mort certaine alors qu’elle possède toutes les potentialités géologico-économiques à faire pâlir plus d’une contrée de ce globe bleu sur lequel nous vivons tous. Nous sommes les seules causes de nos malheurs. Nous préférons tuer la jeunesse en lieu et place de lui apprendre le travail bien fait, source véritable de tous les honneurs.

Quand nous ne pouvons la guider, cette jeunesse devient l’objet de toutes nos convoitises afin d’assouvir nos bas instincts. Les jeunes filles affamées, loin de leurs parents, deviennent les succulents morceaux que nous passons “à la casserole”. Nous oublions que nous créons ainsi les futures femmes que nous n’épouseront jamais parce qu’elles seront devenues accro aux gains faciles que peuvent leurs procurer leurs beaux entrejambes que vous avez jadis souillés.

Toi! Oui toi! Si tu fais ça à la fille de Dago, saches que Guédé est entrain de faire ça à ta fille. Il y a un puissant réseau de prostitution à Zikisso. Je le sais car on m’en a proposé les services. Oh honte!

Et les jeunes garçons : éternels “souleveurs de bâches et placeurs de chaines”. Quand vous leur faites miroiter vos pseudos richesses sans leur dire qu’il faut se battre chaque jour pour se hisser là-haut parmi les élites, que voulez-vous qu’ils deviennent? Ils ne peuvent devenir que des “brouteurs”, des dealers, des voleurs de cacao et des vendeurs de la terre de nos ancêtres. Est-ce cela que vos pères et vos mères vous ont inculqué comme valeurs? Ne se sont-ils pas sacrifiés pour faire de vous des femmes et des hommes qui comptent sur ce morceau de terre appelé Côte d’Ivoire et ailleurs!

Notre jeunesse se meurt. L’heure du réveil a sonné. Nous allons redresser tout ce qui est tordu. Les jours qui arrivent s’annoncent sombres pour tous ceux qui manipulent et utilisent notre jeunesse. Nous allons mettre notre jeunesse au travail par la formation. Nous allons éveiller notre jeunesse à la responsabilité et à la conscience collective.

Tous ceux qui, tapis dans l’ombre, gesticulent afin de créer la division sur cette étendue de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu et maintenir ainsi notre jeunesse dans un état d’asservissement perpétuel sachez qu’un soleil nouveau s’est levé.

Un petit groupe d’hommes et de femmes est descendu de la grande montagne sainte de Gbéga. Ils ont reçu la lumière de nos ancêtres. Ils apportent la paix et le travail. Ils rapportent les valeurs de nos pères et de nos mères. Ils reviennent comme Bogou Djakpa portant en eux le “GNAKPÔ” – le remède.

Un petit groupe d’hommes et de femmes veut reformuler la gestion de ce potentiel inestimable que représente notre jeunesse. Ce groupe n’a aucune prétention sauf que celle de participer au développement intégré et intégral de cette étendue de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain appelé Djikiyeu.

Nos ancêtres ont dit; ils ont scellé, Zikitopia est la cité à l’orée de la grande zone forestière du Sud où la jeunesse est consciente, vaillante, conquérante, travailleuse et victorieuse.

GOBLE OURÉGA

  • Informaticien
  • Technicien de l’information
  • Spécialiste en Stratégies numériques, Transformation digitale et Citoyenneté numérique
  • Certifié Google en communication et marketing numérique et digital
  • Expert en Marketing relationnel
  • Gestionnaire des organisations
  • Gestionnaire de projet
  • gourega@yahoo.fr / +225 08 04 79 14 – 03 43 84 56

PS: Nous pleurons hypocritement que les Chinois, Japonais, Coréens, Vietnamiens ou Indiens sont plus respectés que les Africains, qu’ils sont rarement humiliés par le Blanc. Mais nous oublions qu’ils sont organisés et solidaires et qu’ils inculquent les valeurs du travail bien fait à leurs enfants dès le plus jeune âge. Ils ont de l’argent, fruit de leur acharnement au travail.

 

2 Commentaires

2 Comments

  1. Jean Patrice DJAGO dit Gato Jean

    5 mars 2018 at 2 h 53 min

    Que la paix soit sur toi mon frère, que dis-je mon fils.Je t’assure que tu es dans le droit chemin. Peu importe les cris des oiseaux de mauvaise augure. Saches que tu es de la lignée de BOGou Djakpa et tu es de ceux de qui on disait jadis:” Gnakpo koh wamé”; expression qu’on peut traduire par:” ils ont le remède en eux ou ils portent le médicament en eux”. Cette désignation est devenue aujourd’hui par déformation Gnagbaméko ou Niagbaméko. Ton ventre ne te conduira jamais, c’est la dignité qui te porte comme elle a porté nos pères.

    Que Dieu te garde!

    Ton frère Jean Patrice DJAGO dit Gato Jean

  2. Alain Goblé

    Alain Goblé

    5 mars 2018 at 13 h 16 min

    Les actions de nos ancêtres doivent être rapportées et enseignées.les nations d’Asie honorent leurs bâtisseurs et elles sont performantes. Est-ce peut être une des voies à explorer pour créer cette conscience collective que nous appelons de tous nos voeux pour un développement intégré et intégral de notre chère Zikisso. Merci infiniment à vous, nos pères, nos mères et devanciers. Nous ne faisons qu’ apporter notre modeste contribution à ce travail inlassable d’union que vous menez.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top