Actualités

VERS UNE ASSEMBLÉE TERRITORIALE OU DÉPARTEMENTALE : KPA-GWEE-YE

Carte territoriale de Zikisso

Carte territoriale de Zikisso

Nous abordons cet article, dans le cadre de notre contribution à la vie publique de notre localité. Et nous ne pourrons continuer sans adresser nos fraternels remerciements à tous ceux qui, de près ou de loin, ont permis la multiplication cellulaire de notre NaYi

  • Les chefs des villages djikié, à leur tête, Loblégnon Djahi Séraphin
  • Nos cadres en Côte d’Ivoire, à leur tête, Dago Djahi Lazare, encore, un autre Djahi, comme quoi, un nom est un projet de vie (Dd. Goblé Légou).
  • Nous remercions chaleureusement tous ces frères pour leur implication effective dans la vie de notre pays à nous, le Département de Zikisso ou Le Pays de l’Iroko dont la capitale est Zikisso.
  • Et personnellement Les DjahiBowha (De Dd. Goblé Légou : DjaYi = Émetteur/Récepteur…— Dja = Demander, Négocier… — Yi est de Yili’Li = venir à soi ou bien venir vers… — BôhWa = Grâce, Bien-Aimé… — Bôh = Grâce, Don… — Wa = Aimer, Amour, Adorer… — DjaYi BôhWa = L’Aimé Gracieux, Négociateur, Diplomate… Le Doté de Grâce et d’Amour de négocier et de recevoir l’Essentiel pour le Bien de son Peuple).

Djahi Oh ! Ahi Oh !

Djahi Oh ! Ahi Oh !

Djahi Oh ! Ahi Oh !

Maintenant que grâce à nos frères, nous avons prospéré en tout genre, que faisons-nous de ce trésor, de cette richesse inestimable ?

Quelle aubaine !

Je propose la création d’une Assemblée Départementale ou Territoriale en Dida KPA-GWEE-YE, notre DJÔH GBÈ SOU.

Quelle sera sa composition ?

Quel sera son domaine de compétence ?

À suivre,

GNADOU Dano Zady

GNADOU Dano Zady

 

2 Commentaires

2 Comments

  1. ALAIN ZADI

    ALAIN ZADI

    28 octobre 2015 at 19 h 52 min

    UNE DEFAITE SALUTAIRE.

    Dans la vie d’un peuple, il y a des échecs qui sont à souhaiter.

    En effet,longtemps avant l’élection du président de l’A.JE.Z.I.F, je n’ai eu de cesse à écrire pour que l’actuel premier vice-président de l’Association des Ressortissants de Djidji Sous-Préfecture en France (ARDSPF) ne s’intéresse pas à cette élection pour des raisons que j’ai maintes fois exposées aux lecteurs de Zikisso.com

    Pour ceux qui ont l’habitude et le plaisir d’opposer les gens, ce message a sonné comme celui d’un ennemi de la personne de notre premier vice-président.

    Mais convaincu de la justesse de ce que j’ai écrit, et face à la détermination inébranlable du candidat lui- même à y aller à tout prix,j’ai été obligé d’utiliser la manière forte, en appelant à voter massivement contre lui.

    Hélas,à peine l’appel a été lancé que certains mécontentements ce sont manifestés à mon endroit comme il fallait s’y attendre, car on ne comprendra jamais les choses de la même manière. C’est aussi cela les êtres humains.
    Dans le but de calmer les esprits, je me suis résolu à faire un appel contraire, sachant que quoi qu’il en soit, il ne s’occuperait que de l’association de sa sous- préfecture , puisque l’AJEZIF n’a plus de sens dans le nouveau contexte de notre diaspora.

    Mais voici que mon souhait le plus cher s’est réalisé, c’est-à dire que mon premier vice-président a été confirmé à son poste, et je voudrais que personne, à commencer par le concerné lui-même, ne considère cette situation comme étant un échec pour lui. C’est une victoire pour lui, et pour la sous- préfecture de Djidji dont il est originaire, et dont il va désormais s’occuper à temps plein, aux côtés de son chef hiérarchique Armel Thomas Zatchi.

    Nous devons donc bénir Dieu au lieu de nous morfondre comme si nous étions en deuil.
    La présence de ces deux personnes à la tête de notre association est une grande chance, un gage de succès,voire un cadeau de Dieu, car il s’agit de deux personnages qui ont travaillé en Côte d’Ivoire, et qui ont indéniablement côtoyé des personnalités qui peuvent faire avancer les dossiers de notre Djidji.

    Je n’ai aucun doute que mon vice-président ne comprendra ma démarche que telle que je ne cesse de l’expliquer et telle que je le ferai encore et encore tant que l’occasion m’en sera donnée.

    Dieu bénisse les dirigeants de l’ARDSPF pour le bien-être de notre sous-préfecture et de notre diaspora.

    Mes condoléances à tous pour la disparition de nos deux regrettés.

    Votre frère Alain Zadi de Paris.
    Il

  2. ALAIN ZADI

    ALAIN ZADI

    29 octobre 2015 at 20 h 13 min

    LA CHARITE BIEN ORDONNEE COMMENCE PAR SOI.

    je m’adresse ici aux nombreux critiques talentueux que regorge notre région Zikisso.

    Bravo,chers frères et soeurs et merci du travail que vous êtes entrain de faire avec tant de dévouement. Vous êtes des farouches adeptes de la démocratie. Je loue le courage qui est le vôtre et qui vous permet de dire si haut ce que nous pensons tous plus bas dans nos salons sur la gestion de notre pays à tous.

    Sans critique, point de démocratie. Le chef,en briguant son poste, est censé savoir qu’il s’expose aux mécontentements d’une partie du peuple ou de la communauté qu’il veut gouverner.

    C’est pourquoi il cesse d’appartenir à lui-même, à sa famille, et à son ethnie dès qu’il est élu. Tout ce qui entre dans le cadre de sa gestion de la chose publique peut être apprécié ou contesté par quiconque est à même de prouver son appartenance à cette communauté ou à ce peuple.

    Je voudrais donc encourager avec insistance tous mes frères et soeurs qui inondent les réseaux sociaux de leurs pensées et de leurs interpellations à l’endroit des dirigeants de notre pays la Côte d’Ivoire.
    .
    Cependant, je ne cesse de m’interroger quant à leur mutisme total sur la gestion de leurs propres villages et de leurs propres régions. Alors, que se passe-il? Dites, moi, car je veux savoir le pourquoi de cette indifférence notoire envers les nombreux problèmes qui rongent vos maisons et vos cours.

    Quand on a du talent, il faut qu’il soit d’abord utile à soi. Vous êtes d’abord Déboa avant d’être Djidjié. Vous êtes d’abord Djidjié avant d’être DJikié. Vous êtes d’abord Djikié avant d’être Ivoiriens.
    Pourquoi donc prenez vous ce plaisir de sauter les étapes que je viens de citer?

    Nous avons des chefs de village et des chefs centraux qui n’existent que de noms dans nos villages et dans nos régions dont plusieurs habitants sont des intellectuels. Il y a aujourd’hui des bacheliers qui s’y trouvent,
    faute de moyens de leurs parents. Mais ceux là regardent les chefs faire ce qu’ils veulent du pouvoir qu’ils leur ont confié et préfèrent critiquer les dirigeants du pays.

    Nos frères et soeurs qui écrivent sur facebook pour dire ce qu’ils pensent des détenteurs du pouvoir d’Etat ne disent absolument rien de ce qui se passe dans leurs communautés et dans leurs villages, au point que paradoxalement, tout le monde s’accorde à traiter celui ou celle qui ose dénoncer les malversations commises par le chef d’ impoli, d’ irrévérencieux, voire de malade mental.Et dire que cela se passe ici en France, c’est incroyable, et pourtant c’est malheureusement vrai

    Salut à vous.

    Votre frère Alain Zadi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top