Actualités

Un salon de l’artisanat pendant les grandes vacances

Tous les ans, plus de la moitié des Djikiyeu résidant à l’étranger rentrent se ressourcer Hâthoh Wanna GloKboh. Ils constituent pour l’instant le seul contingent de touristes en mal de nostalgie. Il faut leur faire voir de toutes les couleurs et il n’y a pas mieux que l’artisanat local pour répondre convenablement à leurs légitimes désirs.

L’artisanat comme moyen de rapprochement fraternel voire culturel de partage de ressources, d’économie équitable et solidaire.

L’artisanat à toute époque nous évite de tendre la main, de ramasser par terre, les pièces et billets de banque qu’on nous jetterait volontiers avec un mépris doublé d’une moquerie certainement malsaine. L’artisanat nous valorise aux yeux de tous. Elle invite les uns et les autres à nous considérer et nous rémunérer à notre juste valeur.

Je demande à la population de réaliser avec sa main, les objets de ses rêves les plus fous, de sa conception la plus féconde ou de sa pensée la plus débordante.

Retour à la création première, à l’entreprise artisanale.

Ce salon que j’appelle de tous mes vœux serait le prélude à la création d’une Chambre des Métiers et de l’artisanat. Tout l’artisanat de nos parents à travers ce salon, fera l’objet d’une exposition pendant laquelle, la joie de (re)découvrir et de collectionner des œuvres d’art premiers pourrait atteindre son paroxysme quand à cela, s’ajouteront des objets ou produits novateurs dont la réalisation donnera plus de valeur qui n’entamera en rien la valeur de notre  Bythey, Kpassah, Plyh, Sakoley, Dougboh… Le monde entier a, à travers nous, besoin de connaître notre culture avec les créations de nos pionniers et de nos actuels entrepreneurs artisans.

L’expression “Retour aux sources” d’Houphouët-Boigny devrait trouver ici sa plénitude en ce sens qu’il nous situe à notre vraie place d’êtres pensants, se nourrissant spirituellement et non seulement matériellement. Retourner aux sources ne veut pas dire à ma connaissance seulement, voyager à travers champs, mer, air et occéans, parcourant des milliers et des milliers de kilomètres pour être rassasier de notre terre. de notre localité mais et surtout se connecter simplement à soi-même, à sa propre conscience… Et non simplement à notre ventre malheureusement.

Article en cours de rédaction, veuillez repasser.

NB : Voyez vous-même comment il est facile d’écrire sur zikisso.com. En effet, on peut écrire en brouillon comme actuellement puis corriger ou modifier à souhait. Je le ferai désormais pour vous volontiers en direct en ligne afin que vous puissiez vous débarrasser de vos appréhensions (blocage, craintes). Vous pouvez à travers vos commentaires participer à la réalisation de cet  article qui pourrait donc totalement être différent à sa finition…

MÊME CETTE PRÉCISION!

Wha Kbatey Gboh,

 

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top