Actualités

Les aliens ne ressembleront pas à de petits hommes verts, mais “à des machines”

Par LEXPRESS.fr , publié le , mis à jour le

Photo d’illustration représentant le “Projet M”, de la Nasa, qui prévoit de remplacer les astronautes par des robots humanoïdes pour réduire le coût de l’exploration.

Nasa

C’est ce qu’estime Seth Shostak, directeur du programme de recherche d’intelligence extraterrestre (SETI).

A quoi les extraterrestres ressemblent-ils? La science-fiction a déjà offert une multitude de réponses: du monstre prédateur issu de l’imagination de H. R. Giger aux Klingon de Star Trek sans oublier les fameux “petits hommes verts”.

Pourtant, cette constante de l’être organique dans l’imaginaire collectif n’est pas la plus vraisemblable, estime Seth Shostak, astronome et directeur du programme Search for Extraterrestrial Intelligence [SETI, programme de recherche d’intelligence extraterrestre]. Selon lui, il serait bien plus probable que nous tombions sur des machines, à l’image du développement technologique de l’humanité.

Les robots: plus résistants et moins chers

“Pensez à ce que nous allons accomplir lors du XXIe siècle, soit l’invention de machines intelligentes, a-t-il expliqué lors d’une émission américaine, note IFLscience, qui a repéré la vidéo. Les extraterrestres ont sûrement déjà réussi à le faire. Donc les véritables aliens ressembleront probablement à des machines aussi”.

Ce n’est pas la première fois que Seth Shostak lance cette idée. En 2011 déjà, il expliquait à Popular science que les premiers extraterrestres que nous rencontrerons seront certainement des machines, confiant même avoir parié sur cette hypothèse “avec des dizaines d’astronomes”. Cette hypothèse a d’ailleurs fait l’objet d’une étude, Alien Minds, [L’esprit extraterrestres] publiée par Susan Schneider, Professeure de Philosophie de l’Université du Connecticut, en 2014.

Un premier contact métallique?

 Pas de panique néanmoins, l’humanité n’aura pas forcément affaire à une civilisation de robots qui a supplanté ses créateurs façon Terminator, note l’étude. L’hypothèse de robots explorateurs autonomes, voire d’une intelligence artificielle (pacifique) est aussi possible.

Après tout, de nombreux experts estiment que l’exploration spatiale humaine à de grandes chances d’être de plus en plus effectuée par des robots, plus adaptés aux environnements hostiles, plus résistants et moins chers. C’est d’ailleurs peut-être grâce à des robots humains que le premier contact s’effectuera.

LIRE AUSSI >> Robots-tueurs: ces oeuvres de science-fiction que les militaires devraient lire

En attendant, les chercheurs du SETI continuent à scruter les étoiles à la recherche de signes révélant la présence d’éventuelles civilisations aliens. Dernièrement, Seth Shostak et ses collègues ont décidé de pointer leurs antennes vers 20 000 naines rouges. Ces étoiles peu massives et très anciennes, en moyenne plusieurs milliards d’années plus vieilles que notre soleil, étaient jusque-là été considérées comme des cibles peu intéressantes.

Le “Green Bank Telescope”, photographié le 29 octobre 2014, à Green Bank (Virginie-Occidentale), l’un des radiotélescopes utilisé par SETI pour traquer les signaux venus de l’espace.

afp.com/Fabienne Faur

Mais “de nouvelles données ont conduit l’Institut SETI à pousser ses recherches jusqu’à ces systèmes solaires plus vieux, qui ont eu davantage de temps pour produire des espèces intelligentes”, justifiait Seth Shostak. D’autres aimeraient envoyer directement des messages en direction de certaines exoplanètes. C’est le cas de scientifiques du Meti, qui rêve d’envoyer des signaux radios ou lasers vers Proxima-B, une exoplanète potentiellement recouverte d’un océan.

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top