Actualités

Le mot du doyen Sabatoh : Être né quelque part

Lohore Sabatoh
Il n’y a pas de miracle à développer un village ; il suffit d’y mettre la volonté.

« La belle vie n’est pas comment on l’a vécue mais comment on la termine. »

C’est en ces termes que je qualifie la détermination de la population du village de Niagbaméko. Cette population étant tout d’abord née en ce lieu se donne le droit divin de bien y vivre c’est-à-dire bien terminer la vie, là où elle est née. Il est bien de comprendre qu’on naît quelque part, par conséquent donner un sens de vivre en ce lieu est capital.

Ainsi, nous les natifs de ce village, avons l’obligation de rendre ce lieu habitable. Nous ignorons les petits conflits personnels pour les intérêts de ce village d’où nous sommes natifs. Toute personne sur terre étant née quelque part a toujours un penchant spirituel de son lieu de naissance quel que soit le lieu où elle vie. Ainsi, que vous viviez à Washington, à Tokyo, à Paris, à Londres à Madagascar, etc… N’oubliez jamais votre lieu de naissance car Dieu vous fait naître en ce lieu pour y vivre et mieux vivre car l’autre terre ne vous appartient pas.

LOHORE ALEXIS SABATOH – Doyen Hawaï-France – Directeur de la publication – La belle vie n’est pas comment on l’a vécue mais comment on la termine.                                

On changera votre nom et on vous appellera « étranger ou immigré », c’est-à-dire celui qui n’a pas le droit à la parole en tout moment si non vous devez demander le droit d’y habiter. Quelque fois vous devez demander « le droit d’asile, la carte de séjour ou la carte de résident », une façon de vous dire que vous n’êtes pas chez vous.

Notre politique a Niagbaméko est d’y vivre et bien y vivre lorsque nous finirons nos négociations d’étrangers, d’immigrés, d’exilés ou de résident. Tous les habitants qui y vivent se sentent bien car ils sont sur la terre de leurs ancêtres.

Notre objectif est tout simplement de rendre ce village habitable, vivable, potable et vivant quel que soit notre lieu d’habitation. C’est pour cela nous nous sommes levés très tôt en nous mettant à l’œuvre en commençant par le lotissement, l’électrification, l’école, le château d’eau et la prochaine étape sera un centre de santé.

Lohoré Sabatoh, Président de l’Agence ZikissoCom – Il est bien de comprendre qu’on naît quelque part, par conséquent donner un sens de vivre en ce lieu est capital.

Nous avons beaucoup d’autres projets que je ne peux pas faire savoir maintenant mais suivez les années à venir car nous avons beaucoup à faire.

Nous voulons que le village de Niagbaméko ait le caractère d’un village moderne c’est-à-dire adaptable à toute personne appelée à y vivre. Notre ultime secret est très simple et faisable.

Je confirme que nous sommes un petit groupe dans la diaspora. Nous sommes au maximum 11 personnes (5 filles et 6 garçons) dans une posture de guerriers pour le développement du village. Notre chance est que nous avons un président formidable. Son nom est Niahoua Pierre. Il a les clés de petites portes de développement. Notre détermination envers lui c’est le respect, rien que le respect envers lui et entre le groupe. Il nous fait profiter sa connaissance dans le domaine social qu’il maîtrise parfaitement.

Le doyen Sabatoh Le canari de la sagesse : Toute personne sur terre étant née quelque part a toujours un penchant spirituel de son lieu de naissance quel que soit le lieu où elle vie.

Sous sa présidence, nous avons développé certains projets tel que l’école, le château d’eau, le cercle village enfants avec le voyage des enfants (8 à 15 ans) vers la France et l’instauration de la fête (Arbre de Noel) au village tous les ans, le 25 Décembre.

J’encourage toute communauté humaine à se mettre à jour avec son lieu de naissance car ces habitants ont besoins de profiter de toutes nos connaissances que nous avons acquises à l’étranger. Il n’y a pas de miracle à développer un village ; il suffit d’y mettre la volonté.

Merci à tous ceux qui profiteront de ce message car Niagbaméko avance à grand pas.

Parole du Doyen Lohoré Alexis Sabatoh

LOHORE ALEXIS SABATOH : J’encourage toute communauté humaine à se mettre à jour avec son lieu de naissance car ces habitants ont besoins de profiter de toutes nos connaissances que nous avons acquises à l’étranger.

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top