Actualités

DJIDJI : LA NÉGLIGENCE DU BIEN COMMUN DES ENSEIGNANTS

Bonjour chers parents je reste fidèle à mon paradigme
SI NOUS VOULONS QUE LES CHOSES ÉVOLUENT CHEZ NOUS IL FAUDRAIT QUE LES MENTALITÉS EVOLUENT AUSSI

Je n’ai rien contre personne mais malgré mon jeune âge je me suis donné depuis que Djidji est devenu ville c’est à dire mon rêve le plus fou, je me suis donné une mission de dénoncer publiquement tout ce qui n’ira pas dans ma nouvelle ville pour que sa change.

je dénoncerais toute personne qui est désigné pour faire évoluer les choses dans ma nouvelle ville et ça,
peut importe le choc que cela ferait ces personnes ma mission c’est de les pousser à mettre la balle plus haut, de les amener à prendre au sérieux le bien commun l’intérêt commun à travailler dur à fournir plus d’efforts pour le bonheur de tous.

Et pour ça je paye déjà le prix fort je me suis déjà fait des ennemis parce que j’ai choisi cette branche de la vérité. On traîne déjà mon nom à Djidji que je suis celui qui s’oppose au développement en publiant les images qui font la honte de Djidji mais je me demande bien si c’est pas eux. les vrais ennemis de Djidji car eux ils veulent que je montre leurs salons bourré de fauteuils en cuir dont j’ignore l’Existance dans cette ville que je connais plus que ma propre paume. Ils veulent que je les montre aux yeux du monde pour dire Bèh tout est déjà fait ici à Djidji. Nous n’avons besoin de rien pourtant c’est loin d’être le cas.

Je suis déjà habitué, à chaque réunion, nombreux sont ceux qui s’acharnent sur moi pour me dire d’arrêter de montrer ces images, d’arrêter d’en parler sur les réseaux sociaux, de rester muet face à ces difficultés que vivent nos parents car d’après eux, c’est les problèmes qu’on peut régler ici entre nous. Mais le comble est que jamais ils n’ont résolu quoique ce soit, ces gens là. Tout ce que je peux leur dire de continuer de dire ce qu’ils veulent de moi, penser ce qu’ils veulent de moi, mais moi je sais ce que j’ai à faire pour ma nouvelle ville Djidji et cela, personne ne peut m’empêcher de le faire. Eux se sont mes aînés ; si les choses devaient changer, par leurs méthodes, il y a longtemps que c’était déjà fait car ils ont vu le. Jour avant moi, donc si moi, à mon jeune âge, je vois qu’il y a des anomalies, je me dois de dénoncer ces choses pour le meilleur devenir des générations futures.

Epp Godiéko.
Photo : JeSais D’où JeViens

Gbagbo dit “un homme quand il marche il doit laisser les traces sur le chemin qu’il parcourt ; là, on pourra le retrouver”. Donc que chacun fasse son travail. Si tu veux pas qu’on te critique, alors arrange-toi à faire le maximum.

Mais croyez-moi Je n’hésiterais pas aussi à les féliciter publiquement avec un brillant applaudissement accompagné d’un sourire rayonnant si le travail est impeccablement bien fait car il est bien d’être reconnaissant dans la vie et surtout aux personnes qui d’arrache-pied font tous les possibles pour le bien commun, pour le bien des pauvres parents, pour le bonheur d’un peuple souverain. Cela, je le ferai, si et seulement si après un bilan et cela même, si je vois de mes yeux un travail bien fait. Mais sans bilan alors je garderais cette joie pour moi jusqu’à ce qu’on fasse un bilan public.

Vous comprendrez pourquoi j’ai pas encore félicité le comité d’organisation de la cérémonie d’installation de la Sous-préfète du 03 février 2017 même si j’ai été inondé de joie de voir toutes ces belles images, ces fruits de leurs efforts. J’espère que se serait fait avant qu’on ne parle de La Deuxième étape celle de la grande fête du mois d’août.

car au moment où le miel de remerciements, d’encouragement, de félicitations est encore sur nos langues qu’ils en profitent car les parents disent :  “c’est là où on tue l’éléphant, c’est la qu’ont partage la viande”. Nous attendons le bilan des idées, du matériels, du financement que nous avons assemblée à plusieurs réunion pour la réussite de cette magnifique fête bien réussie que nous avons vue sur les images.

Le comité, faites vite hoo mes tontons et grands frères nous sommes pressés de vous dire merci et de vous applaudir pour le bon boulot :  il faut que les choses soient instantanée désormais pour que chacun soit au parfum de sa contribution du bien commun .

On ne peut payer (féliciter) un barman s’il n’a encore fait son point (bilan) autrement dit juste après rapport du travail bien fait qu’on peut féliciter une personne bref.

Quelle chance dans le temps pour nous d’avoir bénéficié de cette belle école de Djidji ville en plus de ça une grande chance aussi d’avoir eu une cité pour nos salariés fonctionnaires (enseignants). Vous vous demanderez sûrement pourquoi avoir employé le mot salarié alors que je pouvais simplement dire enseignants

Eh oui ce mot a bel et bien une très grande importance dans mon article d’aujourd’hui car qui parle de fonctionnaire salarié parle de celui où celle qui remplit une fonction de l’état et qui reçoit des gages c’est à dire une garantie que l’état donne à cette personne comme sûreté d’une dette ou somme due à un créancier je veux parler de l’argent qu’ils reçoivent chaque 4 semaines, incomparé à la misérable sommes que gagnent nos pauvres parents chaque 365,2421987 jours. Donc beaucoup d’argent pour se permettre le luxe que nos parents ne peuvent pas se permettent en 1 mois.

Mais j’ai remarqué une foutaise une méchanceté depuis que j’ai fait connaissance de ces bâtiments de la cité de Djidji ville c’est à dire depuis j’ai vu le jour car c’est à Djidji ville que j’ai vu Le jour pour la première fois : je suis née dans la maternité du centre de santé de DJIDJI qui est aujourd’hui la base d’un business center de ces responsables Bèh ça j’en parlerai très bientôt dans mon prochain article il faut qu’on dénonce certaines choses pour que cela change.

Donc je disais que depuis que j’ai connu ces bâtiments de la cité de Djidji ville de nos chers salariés de l’état jamais je n’ai vu une seule, je dis bien une seule couche
de Substance pigmentée appliquée en couche à l’aide d’un pinceau, d’un rouleau ou par projection sur une surface à colorer visiter cette cité.
jamais si le domicile

est délaissé. Alors imaginez un peu les anciens bâtiments de l’école dans quel état ils peuvent être. Pourtant seule les personnes payées chaque 4 semaines y vivent et le pire quelque soit la dégradation du logement il ne se donnent même pas la peine de les réhabiliter malgré qu’ils ne dépensent aucun centime pour les occuper car ces maisons sont gratuites ; des maisons que les gens vous donnent gratuitement vous ne les entretenez même pas c’est normal puisque vous n’êtes inquiétés par personne donc vous faites ce que vous voulez de ces maisons vous pensez que si tout le monde devaient suivre votre mauvaiseté à maltraiter ces bâtiments,
Vous pensiez que nos enfants, nos petits frères que vous formez aujourd’hui s’il s’avère qu’ils sortent enseignants comme vous, pensez-vous qu’ils trouveront encore ces bâtiments-là ?

Vous vous comportez comme si vous attendez de l’aide de l’extérieur pour les réhabiliter. Mais j’espère pour vous que vos aides de l’Extérieur que vous attendez ne concernent aucunement nos pauvres parents hein ! (cotisation de parents pour les repeindre). J’espère pour vous que ce n’est pas le cas sinon vous allez me sentir sur les réseaux sociaux. Nos parents ne partagent pas vos salaires chaque 31 jours, pour les attendrent à réhabiliter les maison où vous résidez normalement. Oui je suis très en colère. C’est quoi cette opportuniste méchanceté exagérément chronique.

C’est quoi ce bazar ?

Moi ma question que je veux poser au responsable de chaque structure (Chefferie, association pour ne citer que ceux-là) qui peut être aussi une suggestion est de savoir s’il ne ressort pas de ces personnes de voter une loi qui les amèneront, ces salariés de l’état à réhabiliter le domicile occupé avant de le quitter pour une autre destination ou le quitter définitivement que celz soit à Djidji ville ou n’importe où dans le grand Ziki ?

Car je pense que si cette loi-là est votée on diminuera sûrement ces nombreuses hontes, je veux dire le transport inter urbain qui est déjà une grande honte pour nous peuple de Ziki. Alors pas question qu’on en ajoute avec cette hyperbolique défaut de soin, d’exactitude, d’application de la part de nos salariés de l’état.

J’espère que les personnes de bonne foi essayeront de bien analyser cet article qui est aussi pour le développement de Djidji dont nous crions jours et nuits, l’avènement effectif.

Vive la liberté d’expression dans ma nouvelle ville Djidji !

Pour que les Mauvaises actions soient dénoncée dans la vérité.

Je vous remercie

 

1 Commentaire

1 COMMENTAIRE

  1. yba

    16 février 2017 at 9 h 50 min

    Merci pour ses belles images.

    Grace à toi on voit de près l’existence des réels besoins de Djidji. Quand on ignore l’existence d’un problème,comment peut- on penser trouver une solution?

    C’est pour quoi je loue ton courage de nous avoir révélé tous ces détails car je sais aussi que ce n’est pas toujours facile de dire ce qui est vrai.Mais faire l’autruche devant de telles situations ne nous avance non plus à rien. Cela nous amène droit au mur. La honte n’a jamais rien arrangé. Je sais que tu ne cherches pas des coupables mais des solutions.

    Djidji peut être fier de toi ainsi que les djidjié.
    Encore tous mes sincères remerciements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top