Actualités

1ère Grande réunion de l’association (ARDSPF) de la s/p DJIDJI

zatchi abia armel thomasBonjour,

Frères et Soeurs, chers (es) parents (es) de la sous-préfecture de Djidji, voilà quelques mois que nous avons mis notre association sur pied: Association des Ressortissants de la Sous-Préfecture de Djidji en France (ARDSPF). Après les démarches administratives, je vous convoque à la 1ère grande réunion le 23/01/16, de 19 h à 23 h à AGECA. La présence de toutes les filles et de tous les fils de Djidji s/p est vivement souhaitée. Merci. Votre serviteur,

le président, Thomas Abya.

 

48

 

 

 

3 Commentaires

3 Comments

  1. djegoue

    djegoue

    20 décembre 2015 at 21 h 46 min

    VEILLEES FUNERAIRES DES DIJIKIES DE PARIS- LES 50 EUROS EN QUESTION.

    Je ne commencerai pas cette livraison sans remercier les frères et soeurs qui ont participé hier à la veillée organisée par le pasteur Gnadou Edy, suite au décès de notre regretté François Gnadou Dogbolé dit Gadè.

    A cette veillée,la soeur Antoinette Goubo a ouvert un débat très important de l’avis de votre serviteur,et je veux sincèrement la remercier, car il faut qu’on se parle franchement. Nous avons assez murmuré,il faut qu’on apprenne à démystifier certains sujets nous concernant.

    La soeur Antoinette Goubo que j’appelle affectueusement “Ameh Non”(ma mère en Dida,car feue ma mère était de Godiéko comme elle,) a pris la parole pour poser la question de savoir pourquoi certains d’entre nous violaient la règle selon laquelle tout le monde devrait cotiser au moins la somme de 50 euros en cas de décès d’un des nôtres ici en France, précisant que les uns cotisaient 30 euros, les autres, 20 euros. Elle a surtout souhaité que le président de l’AJEZIF en dise quelque chose, mais en vain. Le président Charles Lobé a promis de traiter ce sujet après la formation de son bureau, non sans ajouter qu’il lui tenait à coeur lui aussi.

    Votre serviteur a jeté un coup d’oeil sur chacun des participants à cette veillée,dans l’espoir de voir quelqu’un prendre la parole pour dire ce qu’il en pensait, mais là aussi, en vain.

    Et comme Zadi Alain Djégoué ne laisse pas ce genre d’occasion passer, je me suis levé pour donner ma modeste réponse à cette question, puisque je m’étais senti fortement concerné.

    J’ai dit en substance que j’étais de ceux-là qui étaient visés, en donnant mes raisons selon lesquelles ceux pour qui je payais moins de 50 euros et leurs proches étaient les seuls responsables de cette situation, car quand de leurs vivants, les premiers cités boycottaient mes veillées, les derniers cités les laissaient faire.

    Alors,chers frères et soeurs, je vous demande d’arrêter de réconcilier les vivants avec les morts. Les morts sont les morts, mais personne ne doit se réjouir de la mort d’autrui, car c’est une situation qui afflige énormément ses proches. Mais ce qu’il ne faut jamais perdre de vue, c’est que la mort,où qu’elle nous frappe, c’est la même que nous subissons,et nous y passerons tous, et donc sachons que c’est la même affliction qu’elle impose aux proches de celui ou celle qui est parti(e) à jamais. La seule différence qui avait poussé les fondateurs de l’AJEZIF à proposer les 50 euros, c’était compte tenu des frais de transport du corps, ainsi que l’ampleur des funérailles attendues du fait que la personne décédée résidait en France.

    Cependant, j’insiste en disant que nous devrons arrêter de réconcilier les morts avec les vivants et je me répète: Il y a certains d’entre nous qui ne viennent aux veillées funéraires qu'”à la tête du client” et malheureusement,leurs proches laissent faire. Je veux donc vous dire que ceux-là qui laissent leurs proches se comporter de la sorte sont complices , et ce sont eux qui devront payer la différence entre les 50 euros et la somme contestée par Antoinette qui n’a pas eu tort de le faire, puisqu’elle n’a fait qu’interpréter notre règlement intérieur.

    Néanmoins, il serait trop facile de rester chez soi et Hop! parce que tu es mort(e) en France, tout le monde doit se mettre en branle pour venir donner 50 euros chacun à tes proches. C’est injuste, et moi, je suis de ceux qui ne donneront jamais cette somme à la mort de quiconque n’aura jamais participé à mes veillées parce que mes parents seraient morts en Côte d’Ivoire. Si celui-là ou celle-là meurt avant moi, Pour moi, lui ou elle aussi sera mort(e) en Côte d’Ivoire, et je ne paierai plus jamais que 30 euros au plus. Que cela soit bien compris.

    Je n’oublie pas de remercier mon cousin Gervais Drougba qui a enfoncé le clou ce soir-là en disant que dans cette situation, il ne cotisera jamais rien parce que c’est sûr que si c’était lui qui était parti, la personne ne cotiserait rien du tout.

    Mes chers parents, voici ce que votre frère pense de la question posée par notre soeur Antoinette Goubo que je remercie de son courage, mais je ne vous demande pas de faire comme moi.

    Dieu bénisse les Djikiés où qu’ils se trouvent.

    Alain Zadi Djégoué de Paris.

  2. djegoue

    djegoue

    22 décembre 2015 at 1 h 01 min

    REUNION DE L’ARDSPF : L’EX CANDIDAT MALHEUREUX, MON PETIT FRERE MOISE LOBE A L’EPREUSE DE L’OUVERTURE ET DE LA TOLERANCE.

    Au cours de la veillée funéraire du pasteur Edy Gnadou à l’AGECA hier samedi 19 décembre 2015, les participants à cette soirée ont été bien et très bien servis, et pour cause, l’atmosphère était on ne peut plus fraternelle et détendue entre le président Armel Thomas et son ancien concurrent à l’élection du 20 juin 2015 dernier, le frère Moise Lobé, et les observateurs ont bien pris note de cette convivialité souhaitée par ceux qui comme moi,veulent l’union entre les fils et les filles de Djidji sous-préfecture. C’était tout simplement génial.

    Ceux qui pensent prendre Lobé Moise en otage doivent donc réviser leur position s’ils ne veulent pas avoir honte, car le climat de convivialité qui a prévalu hier entre ces deux hommes semblait débarrassée de toutes les rancoeurs causées par cette élection.

    Je ne parle pas de mon cas où le comportement du frère était exactement le même qu’avec le président Armel, parce qu’on a beau être de camps adverses et échanger des propos offensants,il faut être un sorcier pour s’en étonner, car nous sommes parents lui et moi,après tout, et donc de mon point de vue, aucune adversité électorale, aussi forte soit- elle, ne peut définitivement nous éloigner l’un de l’autre, et j’espère, à en juger par la légèreté du climat qui a été constaté hier à cette soirée funéraire, que c’est aussi son avis.

    Alors, question: Lobé Moise se rendra-t-il à la première grande réunion prochaine convoquée par le vainqueur? C’est la grande inconnue. Mais je parie que si ça ne tient qu’à lui, il sera à cette réunion sans problème.
    La plus grande inconnue est de savoir s’il saura convaincre ses soutiens qui avaient très mal supporté sa défaite, leur défaite qu’aucun d’entre eux n’avait prévue. Mais il ne faut pas cependant désespérer, car j’ai vu ma maman Antoinette Goubo très cool hier et je peux donc parier qu’elle ne fera pas d’obstacle à la participation de son ancien candidat à ce rendez-vous historique, car en tant que la vieille mère de nous trois, doublée d’une grande chrétienne, elle n’a pas le choix. J’ai longtemps discuté avec elle ce soir-là, et c’était une Antoinette Goubo très décontractée et sans rancoeur.

    Quant à mes grands frères Mathias Tayoro, Grégoire Dabé, Désiré Zélé, Dallas Dago, Maxime Djakpa et Simplice Danon,je peux jurer qu’ils seront eux-mêmes présents à cette réunion si le temps le leur permet, car ce sont des personnes que je connais très bien et qui ne parlent que de réconciliation.La preuve, la plupart d’entre eux étaient à l’investiture de Thomas. Reste le vieux père Picket Bli, l’ex directeur de campagne de l’ex candidat Moise Lobé. J’avoue honnêtement ne pas être sûr de son déplacement à cette réunion, tant il a été choqué par la défaite de son candidat. Et c’est à ce niveau que se situe la grande épreuve de courage et d’ouverture de mon petite frère. C’est pourquoi, à mon avis, le président Thomas, et je le lui dirai, doit chercher à le rencontrer avant la réunion. Il faut que le président fasse ce geste d’humilité à l’endroit de Piket même s’il n’a rien à se reprocher. Son souci doit être de rassembler tout le monde, et ce rassemblement commence par le pas qu’il aura fait vers celui qui a été le plus touché par la défaite de son candidat. Et ce geste mettra assurément Moise bien à l’aise.

    Que Dieu nous aide à réaliser ce grand rassemblement tant attendu.

    Alain Zadi Djégoué de Paris.

  3. A

    11 janvier 2016 at 23 h 49 min

    COHABITATION A.JE.Z.I.F – A.R.D.S.P.F: MON PRESIDENT A CHERCHE, ET IL A TROUVE.

    Souvenez-vous, Djikié de France. Dès l’appel à candidatures pour la relance de l’AJEZIF, je n’avais eu de cesse de dénoncer la procédure qui avait conduit les initiateurs de cette relance à cette décision. Plusieurs de mes interventions avaient été consacrées à la condamnation de la réunion qui s’était tenue dans un domicile, à l’insu de la grande majorité des Djikié. Des démarches avaient été entreprises par des frères et soeurs de Zikiso-centre pour dissuader les auteurs de cette initiative peu démocratique,mais en vain. Je rappelle que mon président Armel Gnahoua Thomas était de ceux-là qui n’avaient rien voulu entendre, défendant farouchement la thèse de la nécessité urgente d’un président de tous les présidents de notre diaspora. Il s’en était suivi une campagne en grande pompe et un débat de grande importance. Le vote s’était déroulé dans une ambiance bon enfant, et le frère Charles Lobé fut élu le président des président voulu par Thomas et ses compagnons.

    Après l’élection de Charles, j’avais encore fait des interventions sur les très probables difficultés qu’il allait rencontrer face aux autres associations qui se voulaient autonomes après tout. Mais là encore,c’était ” LE CHIEN ABOIE,LA CARAVANE PASSE”. Et la caravane passa.
    Pour rappel, mon principal argument contre la relance de l’AJEZIF dans son ancien fonctionnement était la naissance des deux nouvelles sous-préfectures de ZIKISSO notre région, qui nous avait conduits à mettre sur pied des représentations conséquentes, afin que chaque diaspora sous-préfectorale puisse se gérer. Mes co-renovateurs et moi avions beau rappeler nos frères et soeurs d’en face à la raison, rien n’y fit, aveuglés qu’ils étaient par leur vision conservatrice de notre diaspora.

    Aujourd’hui, Charles Lobé qui détient la légitimité issue des urnes, veut diriger l’AJEZIF comme il avait promis au cours de sa campagne,et voilà que Thomas ne veut pas se soumettre à ses ordres. Déjà, des couacs notables se sont annoncés,notamment en ce qui concerne les initiatives de réunions de l’ARDSP. En effet, le patron de Thomas voudrait qu’il ne puisse rien entreprendre publiquement qui ne soit soumis à son appréciation. Quoi de plus normal?

    Mais le grand paradoxe,c’est que tous ceux qui, comme Thomas, étaient pour l’existence d’un patron de tous les présidents s’opposent aujourd’hui à ce qu’ils avaient voulu et créé. Alors , nous autres,on n’a plus rien à dire, on les avaient prévenus. ILS ONT CHERCHE, ILS ONT TROUVE.
    .
    Je vous salue.

    Alain Zadi Djégoué de Paris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top