Actualités

DJIDJI / Le discours intégral du chef central des Djikyé : Loblégnon Djahi Séraphin

Leçon du droit juridique et la plaidoirie en faveur de son peuple pour prévenir quelques désaccords dans le futur.

Monsieur le préfet du département de Lakota, mesdames et messieurs,

Des voix les plus autorisées que la mienne donneront les nouvelles de ce grand jour livrant à tous, les raisons officielles de votre déplacement dans le Ziki. Pour ma part, ayant bénéficier de quelques indiscrétions, je voudrais donc et déjà vous exprimer la gratitude du peuple Ziki et saluer avec défférence l’illustre délégation qui vous accompagne. Puisse Dieu en ce jour qui lui est consacré vous combler de grâce et de bénédiction. Monsieur le préfet vous êtes dans le Ziki, une parcelle de ce département que vous administrez avec brio. Le Ziki, c’est une entité indivisible de 612 kilomètres carrés comprenant deux cantons et trois Sous-préfectures dont la dernière sera ouverte aujourd’hui par vos soins.

Le Ziki vous accueille les bras ouverts et le coeur en joie :  vous êtes chez vous. En effet, tout ce qui nous est arrivé de bon, ces dernières années-là, a été grâce à vous. Citons tous, l’exemple de l’ouverture de la sous-préfecture de Gagoré, la visite du ministre d’état ministre du plan et du développement, l’électrification de certains villages, la mise en état de nos routes, à la veille de la visite du président de la République, les travaux de réhabilitation par l’ONUCI du centre de santé de Djidji et surtout, surtout le crieur de paix avant, pendant et après les différentes élections.

Merci infiniment, puisse le tout puissant en cette nouvelle année, vous accorder santé et promotion. Monsieur le préfet, l’ouverture de la sous-préfecture de Djidji, notre choix, est une immense joie car cet acte vient combler une attente de plus de quarante ans.

Monsieur le préfet merci. Soyez notre interprète, porter l’immense gratitude du peuple Ziki à monsieur le ministre d’état ministre de l’intérieur et à monsieur le président de la République de Côte d’Ivoire, son excellence Alassane Ouattara. Dites leurs monsieur le préfet que la prochaine étape c’est le département, érigé Zikisso en chef-lieu de département sera monsieur le préfet le couronnement des efforts inlassables déployés par vous dans le Ziki. La deuxième préoccupation concerne le développement hélas de la circonscription et la représentativité du peuple à l’assemblée nationale.

Avec 612 kilomètres carrés et trois Sous-préfectures, le Ziki n’est doté que d’une commune et d’un poste de député, nous souhaiterions très humblement la création d’au moins trois nouvelles communes et de deux postes supplémentaires de député. La dernière préoccupation résulte du ressort territoriale de Djidji notre nouvelle sous-préfecture. Le découpage issu du décret 2010-233 du 27 Août 2010 semble, dis-je, foulé au pied trois principes administratifs fondamentaux.

( 1) le principe du rapprochement de l’administration des administrés, en effet les villages de Gogohouri et Dousseba distants de Zikisso leur chef-lieu de sous-préfecture de 4 kilomètres pour l’un et 6 kilomètres pour l’autre seraient désormais rattachés à Djidji dont ils sont distants de 7 kilomètres pour l’un et 9 kilomètres pour l’autre.

( 2) le principe des droits acquis depuis la création de la mairie de Zikisso, Gogohouri et Dousseba on toujours fait partie de la commune de Zikisso, ils bénéficient chaque année des programmes, investissements de la commune. Le maire actuel de la commune de Zikisso est même de Dousseba, le rattachement de Gogohouri et Dousseba à Djidji priverait ses deux localités des projets communaux et les jetterait en dehors de tout ressort communal .

( 3) le principe de l’équité, l’administration coloniale elle même soucieuse de préserver la gestion harmonieuse de la région avait pris soin en créant les cantons Ziki-Nord et Ziki-Sud, d’équilibre vigoureusement le nombre de village par canton.

Ainsi les villages de Gogohouri et de Yiborhoin regroupés sur le même site avait été divisé en deux, Yiborhoin relié au canton Ziki-Nord et Gogohouri relié au canton Ziki-Sud. Aujourd’hui le Ziki compte 3 Sous-préfectures pour 16 agglomérations. A partir du découpage issu du décret 2010-233 du 25 Août 2010, les villages se répartissent ainsi par sous-préfecture. Sous-préfecture de Zikisso 4 villages, sous-préfecture de Gagoré 5 villages, sous-préfecture de Djidji 7 villages. Nous pensons que la gestion administrative et le développement de Ziki doit se faire sur une base équitable et dans un esprit de saine émulation.

Il faut donc que les deux nouvelles Sous-préfectures Gagoré et Djidji est le même nombre de villages à savoir 5 et que l’ancienne sous-préfecture de Zikisso de 40 ans leur aînée ai de l’ascendance sur elles avec 6 villages. Gagoré répond déjà à cette disposition, il faut donc laisser Gogohouri et Dousseba dans la sous-préfecture et la commune de Zikisso pour un développement harmonieux du Ziki.

Monsieur le préfet, mesdames et messieurs, ses préoccupations ne sauraient occulter ce grand événement qui nous rassemble aujourd’hui et l’immenses joie qui nous animent. Place donc à la cérémonie d’échange de nouvelles,

Vive Djidji !

Pour que vive la Côte d’Ivoire !

Je vous remercie.

Rapporté par notre envoyé spécial, Légou Frédéric.

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top