Actualités

La CHANSON d’ORGUEIL et de VANITÉ

La CHANSON d’ORGUEIL et de VANITÉ.

Mon, ton, son, notre, votre, leur,
C’est la chanson d’orgueil et de vanité,
Quand on dort,
On oublie cette chanson d’adjectif possessif,
La langue Héna appelle cet état: NWON’NWO, être en jeûne de ce monde du soleil et de la nuit.
Et le corps dort dans son lit,
Il espère en attente du souffle décisif,
il ronfle,
De tous ces orifices l’eau et le vent coulent,
Le corps est à l’abonné absent.
En langue Héna, le corps est appelé, KOU, c’est le mortel qui dort. en jeûne de l’adjectif possessif de ce monde du soleil et de la nuit.
Cependant l’être au corps,
Sans passeport ni visa, traverse les frontières comme l’air parcourt le monde.
La langue Héna nomme cette mode de voyage à travers la terre, YALA, l’expérience de l’être, le pouvoir du génie de partir libre à travers le temps.
Quand il en revient. Ce moment de retour en langue héna est appelé: GÔLOHÔ, Dieu l’a appelé, levée, ressuscité, etc,. Il en vient souvent à dire: HÂ GÔLOHÔ = HÂ GÔLOHÔ MÉKÔ, ne signifie pas Bonjour, mais traduit: nous sommes debout, nous sommes aussi ressuscités d’entre à l’abonné d’absences de ce monde du soleil et de la nuit.

La CHANSON d’ORGUEIL et de VANITÉ.

Mon, ton, son, notre, votre, leur,
C’est la chanson d’orgueil et de vanité,
Quand on dort,
On oublie cette chanson d’adjectif possessif,
La langue Héna appelle cet état: Hon HgonHgoh, être en jeûne de ce monde du soleil et de la nuit.
Et le corps dort dans son lit,
Il espère en attente du souffle décisif,
il ronfle,
De tous ces orifices, l’eau et le vent coulent,
Le corps est à l’abonné absent.

En langue Héna, le corps est appelé, KOU, c’est le mortel qui dort. en jeûne de l’adjectif possessif de ce monde du soleil et de la nuit.

Cependant l’être au corps,
Sans passeport ni visa, traverse les frontières comme l’air parcourt le monde.
La langue Héna nomme cette mode de voyage à travers la terre, YALA, l’expérience de l’être, la pouvoir du génie de partir libre travers le temps.
Quand il en revient, il se réveille. Ce moment de retour en langue héna est appelé: GÔLOHÔ, Dieu l’a appelé, levé, ressuscité, etc,. Il en vient souvent à dire: HÂ GÔLOHÔ = HÂ GÔLOHÔ MÉKÔ, ne signifie pas Bonjour, mais traduit: nous sommes debout, nous sommes aussi ressuscités d’entre aux abonnés absents de ce monde du soleil et de la nuit. Nous sommes parmi notre peuple pour jouir ensemble de cette présente offre du créateur. C’est un plaisir de se retrouver.

 

cliquez pour ajouter un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top