Agenda

LES CHEFS DES VILLAGES DE ZIKISSO

A TOUS LES RESSORTISSANTS DE ZIKISSO

Objet: Demande d’implication effective à la cérémonie de sortie annuelle du Chef Central de Zikisso et des chefs traditionnels

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Les 27, 28 et 29 décembre 2013, les chefs traditionnels de Zikisso organisent à Douséba, la cérémonie de sortie officielle du Chef Central de Zikisso et des chefs de villages.

En effet, sollicités tout au long de l’année pour les actions de développement, le règlement des conflits, la participation aux manifestations et autres cérémonies, les chefs traditionnels souhaitent aujourd’hui ton implication effective pour la réussite totale de leur fête.

Cet événement qui sera célébré chaque année, permettra de: – Valoriser l’art et la riche culture du Ziki – Renforcer la cohésion entre le peuple et les chefs traditionnels – Mobiliser le peuple en vue du développement de la région – Divertir sainement la population…

Le programme de la cérémonie est le suivant:

Vendredi 27 décembre 2013:

A partir de 08 heures: Activités diverses de réconciliation et de fraternisation entre les villages et les tribus. Cette journée aura le contenu que nous lui donnerons: jeux, sport, dédicace, concours culinaire ou d’hygiène, danses ou cérémonies traditionnelles… Pour toute suggestion, contacter Dogo Maxime (tel. 07 49 68 35). Il s’agit de faire la paix et de prôner l’amour avant d’entrer dans la nouvelle année.

De 21 heures à 00 heures Prière œcuménique pour la paix, la santé et la prospérité dans la région

Samedi 28 décembre 2013

07 h. 00 mn – 09 h. 00 mn: Animation et mise en place

09 h. 00 mn – 10 h. 00 mn: Accueil et installation des invités

10 h. 00 mn: Accueil de M. le Préfet de Région

10 h. 00 mn – 11 h. 00 mn: Parade des tribus et présentation des chefs traditionnels

11 h. 00 mn – 11 h. 30 mn: Allocutions

11 h. 30 mn – 12 h: Remise des arrêtés aux chefs de village par Monsieur le Préfet de Région

12 h. – 12 h 30 mn: Mot de remerciement du Chef Central de Zikisso suivi de la parade des chefs traditionnels

12 h 30 mn– 13 h 00 mn: Mot de fin de Monsieur le Préfet de Région

13 h: Déjeuner et départ des officiels

15 h. – 18 h: Danses traditionnelles et exposition d’objets d’art

21 h. – à l’aube: Prestations d’artistes / Bal populaire

Dimanche 29 décembre 2013:

09 h: Messe d’action de grâce et réjouissance populaire

13 h: Déjeuner

15 h: Fin des festivités.

 

Merci de votre implication effective !

 

M. LOBLÉGNON Djahi Séraphin

Chef central de Zikisso

Communiqué Officiel

 

 

 

3 Commentaires

3 Comments

  1. djegoue

    djegoue

    21 décembre 2015 at 19 h 02 min

    A MON FRERE ET AMI SERAPHIN LOBLEGNON, CHEF CENTRAL DE ZIKISSO.

    Je me permets ici, au nom de tous les animateurs de zikisso.com, de te réitérer nos condoléances les plus attristées suite à la disparition de notre regrettée ta mère, la mère de tous ceux qui sont amoureux de notre région, et qui comme moi, sont fiers de toi. Sois fort,car un chef ne faiblit pas, quelle que soit l’épreuve à laquelle il doit faire face.

    Quelle fierté de voir les représentants de nos villages réunis autour de toi,toute chose qui leur fera,j’en suis convaincu, oublier un tant soit peu les misères qui les assaillent au quotidien? Merci en tout cas de ce travail d’animation que tu ne cesses d’abattre si talentueusement. C’est important, la culture,car c’est elle qui nous maintient dans les sources de nos valeurs, celles de nos ancêtres, à travers les instruments comme le tigbala des batteurs, le doudou-na-bèh et les gougwi des danseurs, les djègwéyé , le dèfoh des conteurs, le mèkèh et le gbaglo des chefs, les kokobi ,les sakolé et les lih des chasseurs, les dédah et les béliéh des pêcheuses, les danses comme le zaglobi, le guèdè, l’alloukou,pour ne citer que ceux-là, qui doivent réapparaître pour ne plus jamais disparaître.

    Cependant, loin de moi l’intention de te demander de te substituer aux autorités administratives,j’aurais souhaité que tu innoves de temps à autres sur certaines réalités comme les ventes anarchiques et intempestives des terres, l’installation anarchique des allogènes dans nos villages,la propreté des villages par l’instauration d’amendes symboliques par exemple, ceci avec l’appui de l’administration qui t’a oint des pouvoirs que tu détiens.

    Si je ne m’abuse, nous avons aussi besoin de savoir le bilan annuel de tes activités, et pourquoi pas, les procès verbaux de tes réunions avec tes collaborateurs sur Zikisso.com. Quand je dis nous, il s’agit de tous les Djikié où qu’ils résident,car nous avons la chance que les médias comme facebook et zikisso.com existent, et que tu sais très bien les utiliser. Les statuts et règlement intérieur qui te permettent de travailler devraient eux aussi être publiés sur la toile. Je peux avoir tort de te demander tout cela, mais c’est ma conception du chef moderne, et je ne vois pas en quoi cela nuirait au travail que tu as à faire, si ce n’est au contraire, le souci de transparence et d’efficacité.

    Je ne terminerai pas cette adresse sans t’informer que le révérend père Bernard Guichard sera parmi nous à la faveur de ses 90 ans le 19 mars 2016 prochain ici à Paris comme en 2006. Sans te demander de trahir le principe de laîcité auquel tu es tenu dans l’exercice de tes fonctions, je souhaiterais que tu fasses ce qui est possible pour que cette journée du 19 mars 2016 soit une journée de reconnaissance pour tous les Djikié en général, et en particulier pour les habitants de la commune de Zikisso à l’endroit de ce grand bienfaiteur.

    J’avais écrit à monsieur le maire via zikisso.com pour lui demander de bien vouloir immortaliser comme il peut ce grand nom, et je voudrais te demander d’appuyer mon initiative. En parlant de ce personnage, je suis complètement détaché de toutes considérations religieuses, et ne vois que l’homme Bernard Guichard. C’est dans ce même sens que je te demande de m’aider à sensibiliser nos parents à penser à lui ce jour là.

    Merci à toi,et que Dieu Tout- Puissant te guide dans tes activités.

    Ton ami et frère d’enfance,
    Alain Zadi Djégoué de Paris.

  2. djegoue

    djegoue

    28 décembre 2015 at 23 h 28 min

    HERITAGE FONCIER DANS LA REGION DE ZIKISSO: UN VERITABLE CHAMP DE FRUSTRATION POUR LES FEMMES.

    Le 10 novembre 2015 dernier, notre soeur,la professeur des écoles madame Laurence Séry, ouvrait un débat sur le droit des femmes à l’héritage foncier, fustigeant la frustration et l’injustice que celles -ci ne cessent de subir dans ce domaine en pays Dida, et en particulier chez nous à Zikisso sa région natale.

    Seul votre serviteur avait réagi, et depuis lors, plus rien comme si ce débat n’avait aucune importance.
    Ce silence des Djikié sur des sujets importants tels que celui-ci m’inquiète, et je me demande parfois à quoi nous sommes vraiment utiles, nous qui savons écrire, à ce peuple que nous prétendons aimer.Pourtant, quand il s’agit de commenter un sujet politique, les réactions sur facebook pleuvent comme une pluie diluvienne, et certains intellectuels de chez nous trouvent l’occasion d’exhiber arrogamment leurs titres pourtant indéniables et indiscutables,mais qui ne servent à rien du tout à leur peuple.

    De quoi avons nous donc peur? je n’ai pas la réponse. Quelles occasions attendons nous donc pour prouver véritablement à ceux qui nous ont scolarisés à la sueur de leur front, que nous sommes capables de faire évoluer leur société, notre société, si ce n’est par des débats contradictoires et constructifs?

    Même les chefs de nos villages qui sont instruits,ainsi que les présidents des associations de la diaspora, n’ont rien trouvé à dire sur le sujet,eux qui ont la pleine légitimité de changer celles de nos coutumes qui ne sont plus adaptées à la vie des populations dont ils ont les commandes.
    Oui, je suis inquiet, très inquiet même, mais pas encore déçu ni désespéré, fort heureusement.

    Lorsque je demandais dans ma récente adresse à notre chef central de publier les statuts et règlement intérieur qui régissent la vie de nos villageois, ce sujet sur le droit des femmes à l’héritage foncier était de ceux auxquels je faisais allusion. Nous avons la chance d’avoir à la tête de notre chefferie traditionnelle régionale un grand intellectuel, et donc je veux que nos populations soient conséquemment gérées. Je ne te lâcherai pas d’un iota, mon frère et ami Séraphin Loblégnon, car c’est de toi qu’il s’agit. Ce que tu faras de positif et dont je serai saisi, je le dirai haut et fort,mais je n’hésiterai pas à dénoncer tes faiblesses, car c’est ainsi que tu sauras que devant toi,” c’est pas “maîs.” Et je demande à tous ceux de mes compatriotes Djikié de faire autant dans un esprit uniquement constructif, afin de faire avancer les choses.

    Venons-en au sujet en question.

    Comment peut-on continuer à considérer non éligibles aux propriétés foncières de leurs parents décédés, nos mamans, nos soeurs et nos femmes tout simplement parce qu’elles sont du genre féminin? Pour ce qui me concerne, je trouve cette situation insupportable de nos jours, car la femme a les mêmes besoins sociales que l’homme, et je ne sais comment quiconque voudra me contredire prouvera le contraire. Le cas le plus inadmissible à mes yeux est celui de ces femmes qui ont perdu maris et parents et qui n’ont pas eu la chance d’être mères.
    En effet,après avoir travaillé dur aux côtés de leur mari, ces femmes se retrouvent complètement démunies après leur disparition, et lorsqu’elles retournent dans leur village natal,là non plus,elles ne sont pas les bienvenues.

    Je demande donc à nos chefs de villages, particulièrement aux plus éclairés d’entre eux ,avec à leur tête le chef central, de redoubler de vigilance,afin de bannir ce genre de coutumes dans nos villages pour le bonheur de toutes les femmes.

    Je finis par réitérer mon appel à tous ceux de nos lecteurs qui savent écrire, qu’ils ne sont pas destinés à demeurer définitivement et uniquement lecteurs. Personne de nous tous n’a le monopole d’écrire sur zikiso.com.
    Si à tout hasard, il s’agissait de la peur de faire des fautes d’orthographe, je dirais qu’ils ont gravement tort, car ces mêmes fautes d’orthographe, nous les faisons sur facebook, et le ciel n’est jamais tombé sur nos têtes. Nous sommes tous des apprenants du français qui est loin d’être la langue de nos ancêtres. Sur zikisso.com, la chose que nous regardons, ce sont vos idées, rien que vos idées,point barre.

    Bonne fin d’année 2015 à tous!

    Alain Zadi Djégoué de Paris.

  3. djegoue

    djegoue

    18 janvier 2016 at 10 h 14 min

    DECES DU CHEF DU VILLAGE DE GODIEKO: L’ETRANGE SILENCE DU CHEF CENTRAL DE ZIKISSO.

    Je veux commencer cette intervention par rappeler à nos lecteurs qui se posent encore la question de mon utilité à cette tribune,en leur disant que je suis bel et bien utile à ma région et à ma communauté. Les interpellations que je fais de temps à autres à l’endroit de ceux qui ont la charge de nous diriger sont dénudées de toutes intentions destructrices et malveillantes. Je ne vous dirai jamais assez que ce travail que je fais est divin, car la force que j’utilise pour le faire est trop forte pour être humaine.

    Comment comprendre en effet, chers frères et soeurs, le silence de notre chef central qui n’hésite pas à balancer sur les médias et services sociaux, les images de ses sorties spectaculaires avec ses collègues, comment comprendre donc, qu’il ne fasse aucun communiqué officiel annonçant le décès d’un chef du village dont il est le chef hiérarchique survenu depuis une semaine? En tout cas, le chef central nous doit des explications, et j’espère qu’il ne tardera pas à nous les donner.

    Mon cher frère Séraphin Loblégnon, si un jour il t’arrivait à penser que mes interpellations à ton adresse sont méchantes, tu te serais gravement trompé, car s’il y a des gens qui sont contents de te voir à ce poste, j’en fais partie, pour la simple raison que tu es jeune, intellectuel, donc à même de diriger notre chefferie traditionnelle en tenant compte des réalités de la modernité dont la démocratie, les médias, et j’en passe.
    Tu sais bien que j’ai beaucoup de sympathie pour toi, et que je suis fier de l’ami d’enfance que tu es.
    C’est pourquoi je veux t’accompagner, par le truchement de mes critiques et interpellations à ton endroit, à bien faire.C’est le seul moyen dont je dispose pour aider non seulement ta personnalité, mais aussi et surtout le peuple Djikié.

    Les lecteurs de Zikisso.com attendent donc que tu leur dises pourquoi depuis une semaine que tonton Djohoré Gogo est décédé, tu ne t’es pas manifesté ni à cette tribune, ni sur facebook comme tu le fais pour annoncer une manifestation festive.
    Salut à toi, et mes condoléances quand- même, car je ne doute pas un seul instant de ton affliction due à cette disparition de ton collègue.

    DJIKIE GNEH, AYIAWOH TEGNONBIEH.

    Alain Zadi Djégoué de Paris

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top