Actualités

DJIDJI SOUS-PRÉFECTURE : PHOTO DE FAMILLE DES REPRÉSENTANTS DE VILLAGES ! SIMPLEMENT SUBLIME !

DJIDJI SOUS-PRÉFECTURE Photo : Estelle/Honorine

DJIDJI SOUS-PRÉFECTURE
Photo : Estelle/Honorine

Quel magnifique beau tableau !

Quelle parité !

Quelle qualité !

Quelle humilité !

Nos vœux de réussite au président Armel Thomas.

Vive Djidji sous-préfecture.
– Photo A, de gauche à droite.

1ère ligne, au 1er plan : La Chaleur, Mano, Olivia, Konaté, Adéle

2ème plan : Honorine, Timothée, Marthe, Chantal, Thomas, Firmin, Jc Papson, Sylvie, Charlène

Photo : Estelle.

DJIDJI SOUS-PRÉFECTURE Photo : Olivia/Honorine

DJIDJI SOUS-PRÉFECTURE
Photo : Olivia/Honorine

– Photo B, de gauche à droite.

1ère ligne, au 1er plan : Estelle, La Chaleur, Mano, Charlène, Olivia, Konaté, Adéle

2ème plan : Simplice, Honorine, Timothée, Marthe, Chantal, Thomas, Firmin, Jc Papson, Sylvie.

Photo : Olivia.

 

 

3 Commentaires

3 Comments

  1. Armel-Thomas

    Armel-Thomas

    6 décembre 2015 at 19 h 12 min

    Rien que la détermination, la prise de conscience pour que vive la s/p de Djidji. Dieu vous bénisse.

  2. Armel-Thomas

    Armel-Thomas

    6 décembre 2015 at 20 h 37 min

    Merci zikisso.com pour cet espace de libre expression que tu nous offres. Pour la seule journée de samedi 05/12/15, j’ai remarqué qu’il y a eu 5 réunions voire plus dont 3 à AGEKA. Toutes ces réunions pour réfléchir certainement sur la question: “comment sortir Zikisso de sa léthargie”? En cela je voudrais vraiment remercier et féliciter à la fois tous ces participants pour la prise de conscience. Notre devoir aujourd’hui, est de faire un travail de pédagogue pour préparer les esprits aux chantiers qui seront très prochainement engagés. Il y va du devenir de notre région. La division, la haine, la suspicion, la jalousie, les rapports sans fondement, les violences verbales… sont des maladies qui nous éloignent de l’essentiel: l’amour du prochaine sans contrepartie. Tous ensemble, mettons nous au service de notre Djidji, de notre Zikisso la belle. Merci à vous tous. Que l’éternel soit notre guide. Armel-Thomas,président de Djidji s/p.

  3. djegoue

    djegoue

    17 décembre 2015 at 10 h 27 min

    COOPERATIVE DE ZIkiSSO: UNE OCCASION EN OR POUR LA DIASPORA ZIKI DE FRANCE.

    Le reportage de notre frère Djidjey Djoh Na Djikiyôh sur le partenariat à la coopérative de Zikisso ne doit pas passer inaperçu chez nous les Djikiés de France,tant il n’est plus à démontrer que nous sommes les principaux destinataires de ce message qui nous offre la plus belle opportunité de prouver notre attachement à notre région.

    Mon cher frère, ton message est à la fois un cri d’alarme et un appel à une prise de conscience générale pour les femmes et les hommes natifs de cette région, financièrement capables d’arracher nos parents planteurs des mains des véreux acheteurs de cacao que sont les libanais de Côte d’Ivoire. En le disant,je n’oublie pas les frères hautement diplômés et conséquemment nantis qui n’hésitent pas à s’auto médiatiser comme tels sur facebook, pensant qu’on ne les connaît pas suffisamment, et oubliant du coup que la modestie et l’humilité sont parfois auusi forts que leurs diplômes,et que le cumule de ces trois valeurs ajoutées à des prises d’initiatives en faveur de leur région feraient inéluctablement d’eux les meilleurs Djikiés qu’ils veulent être.

    Quant à vous chers frères et soeurs présidents d’associations, c’est à vous que je m’adresse principalement ici. Voici l’occasion de prouver à jamais que la récréation est vraiment terminée. Je vous regarde, nos parents planteurs nous regardent,la région, notre région que nous aimons et dont nous sommes si fiers nous appelle. Il est temps, grand temps de nous interroger sur les traces que nous allons laisser ensemble à la génération future.

    Chacun de nous a essayé de mettre sur pied une structure économique dans le but d’en récolter seul les fruits. Mais combien sont-ils vraiment à avoir réussi ce rêve? Très peu, et personne ne me dira le contraire. Nous avons presque tous échoué dans ce sens, et dès que nous avons à nouveau les moyens,nous réitérons les mêmes expériences,pensant que cette fois sera la bonne, mais en vain.

    Ils sont légion ceux d’entre nous qui ont perdu des millions aux mains des escrocs en voulant faire venir des proches ici en France, mais cela ne les a jamais empêchés de vivre. Nous dépensons beaucoup d’argent dans les veillées funéraires par mois,et cela ne nous empêche pas de vivre.
    Alors, de quoi avons nous peur tant qu’on continue de vivre et qu’on travaille? 75 millions cfa, c’est beaucoup, mais c’est réalisable si nous le voulons vraiment.Je peux même prendre le risque de dire que pour nous qui vivons en Europe, c’est très facile si nous le voulons. Seuls le manque de volonté et de confiance les uns dans les autres, ainsi que la peur du risque nous empêchent de passer à l’acte, et le temps s’envole comme un oiseau sans qu’on s’en rende compte.

    Même à 30 ou à 50, je parie que cette somme peut être réunie en 24 mois au maximum si les 3 facteurs que je viens de citer sont réunis. La balle est donc dans votre camp, chers frères et soeurs présidents. “Yes, we can” a dit le président Obama. Et votre serviteur aime bien ajouter à ce slogan” It’s quite possible if we want.”

    Pour ma part, je suis prêt à souscrire à une éventuelle initiative d’épargne commune si nos présidents venaient à en parler,afin d’assouvir enfin ce besoin économiquement vital pour nous et pour notre région. Je me souviens que le chef du village de Zatoboua nous avait parlé de ce projet lors de son passage ici à Paris,le docteur Ablé Soukou et moi il y a de cela 6 mois, et je l’avais personnellement trouvé tout à fait génial et réalisable.

    Il faut donc qu’on se réveille avant qu’il ne soit trop tard, car on a beau soutenir des partis et leaders politiques, ce ne sont pas eux qui créeront des entreprises pour nous les offrir. Que cela soit bien compris.

    Djah, Ah Yaya séh Djikiégnéh! Yro méh kah!!!! N’ayons pas peur de prendre du risque. En acceptant de vivre sur cette terres de Hommes,nous avons déjà accepté de prendre le plus gros risque du monde qui est la mort. Or, vous savez bien comme moi qu’il n’y a pas pire que la mort. Il y en a qui l’ont connue bébés, il y en a qui l’ont subie dans la fleur de leur jeunesse, tout comme il y en a qui ne l’ont connue qu’après plus de 90 ans. Mais de nos jours, ces derniers cités sont malheureusement minoritaires en Afrique, compte tenu de la mauvaise qualité de vie qui est la leur. Allons-y donc,car qui ne risque rien n’a jamais rien.

    Merci infiniment mon frère de cet appel qui, je l’espère, aura un écho favorable dans la diaspora Ziki de France. Dieu nous fortifie.

    Alain Zadi Djégoué de Paris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top