Actualités

À propos des 3 sous-préfectures du Djidjiga/Gigiga/Jijiga ou Djigadji/Gigagi/Jigaji

Tam-Tam parleur [TIGBLA]/  PLEY / PLAY / PLY Images d'Archives: Djaka Festival

Tam-Tam parleur [TIGBLA]/
PLEY / PLAY / PLY
Images d’Archives: Djaka Festival

Gnadou Dano Zady

À la fin de notre article d’hier intitulé A propos des sous-préfectures de la Région Iroko, nous proposions de nommer par nous-même, nos villes, villages et campements, en tenant compte de notre fidélité culturelle.

Aujourd’hui, nous allons vous proposer les différentes façons de nommer notre petite région en gestation administrative. Nous pouvons Continuer de l’appeler soit:

1. Zikisso car Zikisso a été notre première sous-préfecture dans cette petite région de Lakota.

2. Djigadji de Djiki, Gagoré et Djidji selon l’ordre d’installation des Sous-préfectures

3. Djidjiga de Djiki, Djidji et Gagoré selon l’ordre de la demande.

4. Gigagi pour une internationalisation du 2

5. Gigiga pour une internationalisation du 3

6. Iroko de Djidjey

7. Djidjé ou Djidjey

8. Tchydjy ou DjyTchy

9. Jijiga ou Jigaji

10. Djykhydjôh

Voilà, chers frères et sœurs,  nos propositions pour une évolution harmonieuse de notre illustre petite région, dans le but d’associer à 100% toutes les énergies. Le débat est toujours ouvert, à vos claviers dans la rubrique “Commentaires” située sous cet article.

 

2 Commentaires

2 Comments

  1. ABLE Suku

    30 juillet 2015 at 7 h 15 min

    REGION DE ZIKISSO
    ZIKISSO-VILLAGE DJIDJI ZIKI-NORD GAGORE ZIKI-EST

    Bonjour à tous

    C’est moi qui, depuis 2013, ai ouvert le débat sur cette question relative aux différentes appellations des sous-préfectures de la région de Zikisso. Et, de façon informelle, j’ai déjà proposé à nos autorités (Président du pays des lôh-djiboa, Gouverneur de la région, Chef central de Zikisso, chefs coutumiers) que l’on rectifie les appellations de nos trois sous-préfectures ; avant qu’il ne soit trop tard. Cela permettrait de préserver l’unité sociopolitique de toute la région, telle nos pères nous l’ont léguée. Autrement, si l’on s’amuse, actuellement, à se contenter des noms (Zikisso, Djidji, Gagoré) accolés à ces jeunes sous-préfectures de façon si fantaisiste et sans consultation aucune, il est à craindre que, plus tard, le nom Zikisso apparaisse comme un ”nom étranger” aux futurs habitants de Djidji et de Gagwlé (Gagoré). Et, il se pourrait que dans 30 ans, nos enfants qui naissent, actuellement, à Djidji et à Gagoré, s’ignorent royalement. Il se pourrait, également, qu’ils méprisent leur appartenance commune aux peuples des zikié.
    Il serait utile donc de regarder de prêt cette question ; d’autant que, déjà, certains zikié supportent mal le fait que des ressortissants des autres nouvelles sous-préfectures, assistent aux réunions qu’ils tiennent dans le cadre de leurs sous-préfectures respectives… Et voilà que, de cette façon, ça commence déjà bien.
    Afin de conserver cette solidarité et cette unité qui ont toujours fait la force des zikié, nous serions peut-être bien inspirés d’améliorer les appellations de nos jeunes sous-préfectures. Ainsi, la première sous-préfecture s’appellerait : Zikisso-village ; pour des raisons historiques qui remontent à 1908, au bas mot, et que j’expose dans La Tradition Historique du pays dida-bété en Côte d’Ivoire (à paraître, en 3 Tomes). La deuxième sous-préfecture s’appellerait : Djidji Ziki-Nord et la troisième, Gagoré Ziki-Est.
    Lors de la réception du Maire Djédjé Ziahourou, le 14 juillet dernier, à Paris, j’ai encore fait cette proposition à la communauté. J’ai ajouté, ainsi que je l’ai déjà demandé aux autorités ivoiriennes, qu’il faut même rebaptiser tous les campements de tout le pays dida (donc ceux de Zikisso, également), en tenant compte des réalités culturelles de notre grande région. Au cours de cette rencontre du 14 juillet, toute l’assistance a été (très) favorable à mon exposé. Le doyen Lôhwlè (Lohoré) Sabatoh et la charmante Miss Gaé qui ont directement pris la parole à ce sujet, ont été particulièrement intéressés par cette question. Et comme me l’avait déjà conseillé le gouverneur Joseph Kpan Droh qui a parlé d’une consultation populaire au niveau de toute la région, il m’a été demandé, le 14 juillet dernier, de convoquer une réunion publique à ce sujet, ce qui sera fait, à partir de la rentrée prochaine de septembre.
    Mais, attention ! Nous nous souvenons encore, tous, de la fameuse bataille des noms qui a déjà eu lieu à Zikisso. Cette bataille était teintée d’un doux folklore qui avait été vraiment plaisant. En effet, on disait qu’il fallait trouver de nouvelles appellations à nos nouveaux centres ruraux. Ainsi, pendant que certains disaient Gomagna, Békrigo, Kèblidi ou Diblikè, d’autres répliquaient avec : Gokribé, Djibalatchétchè, Gnamago. Mais, les douseba-nwan avaient été bien inspirés.

    Vous vous souvenez ?

    Amour Fraternel et Paix chez les zikié.

    T. J. ABLE (Paris)
    palabre.africaine@yahoo.fr

    Nota bene Gomagna pour : Gogohouri, Makobéri et Gnagbaméko. Kèblidi pour : Kèdèko (Kadeko), Blihiri et Digako. Békrigo pour : Bessaboua, Krikpoko et Godou. Djiblatchétchè pour : Djibridou, Balaboua et Tchétchèko.

  2. Koudou

    4 janvier 2016 at 13 h 08 min

    Eh vous les djikiés de France, arrêtez de vous égarer et de vous ridiculiser.
    Avons-nous parlé un jour, oui un jour seulement de sous-préfecture de Zikisso Lakota Sud ou de Ouragahio Gagnoa Nord. Respectez un peu votre pays. Djidji est un chef lieu de sous-préfecture, doit être respecté en tant que tel.
    Merci de respecter les Institutions de votre pays, cela éviterait le désordre auquel vous semblez vous habituer.
    Amé KOUDOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

To Top